PHOTO | CONFERENCE

Conférence Nils-Udo, l’art dans la nature

18 Jan - 18 Jan 2014
Vernissage le 18 Jan 2014

Dans le cadre de l’exposition «Radeau d’Automne» présentée jusqu’au 25 janvier 2014, la Galerie Claire Gastaud organise une conférence sur le travail photographique de l’artiste allemand Nils-Udo.

Nils-Udo, Jean Paul Dupuy
Conférence Nils-Udo, l’art dans la nature

Cette conférence organisée à la Galerie Claire Gastaud à Clermont-Ferrand sera animée par Jean Paul Dupuy, Docteur en histoire de l’art. Elle s’articulera autour du thème «Nils-Udo, l’art dans la nature».

Précurseur du mouvement «Art in Nature», l’artiste interagit sur le paysage sans jamais le violenter. Du Connemara à la Réunion, de l’île de Vassivière à Central Park, ce globe-trotter conçoit chaque intervention avec les matériaux collectés sur place.

Nils-Udo est un artiste-plasticien allemand, qui a commencé sa carrière par la peinture. Puis, il a commencé à pratiquer la photographie à partir d’installations qu’il réalise dans la nature.

Délivrées de l’anonymat, ces réalisations deviennent des nids, des autels ou des maisons d’eau, par l’intervention de l’artiste, qui les photographie à leur plus haut point d’intensité, avant de les rendre à la terre, où elles subissent l’érosion du temps.

Pionnier en Europe, de l’intégration de l’art dans la nature, Nils-Udo a su se démarquer des artistes du Land Art, un mouvement auquel il a été parfois rattaché. En célébrant la nature comme il le fait avec ses installations, Nils-Udo nous oblige à redécouvrir ce que notre œil et nos sens ne perçoivent plus et nous place face à nous-mêmes, en nous rappelant sans cesse notre fragilité.

«Nils-Udo est un artiste passionnant parce que son œuvre ne sort pas d’une intuition originelle qu’il n’aurait fait que poursuivre tout au long d’un parcours sans sinuosité ni rupture.

Au contraire, si elle connaît aujourd’hui un vaste et légitime rayonnement international, elle s’est construite au fil du temps, dans une quête patiente et par un travail tenace, à travers des remises en cause qui l’ont sans cesse maintenue ouverte au plaisir de la découverte».