ART | EVENEMENT

[Conférence] Ensba : Dispositifs artistiques, dispositifs de pensée

15 Mar - 15 Mar 2007

Cette année, le séminaire initié par Stephen Wright, en collaboration avec le Collège international de philosophie est consacré au document performatif. Avec Ultralab, collectif indépendant d’artistes et de graphistes créé à Paris.

Lieu
Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts

Cette année le séminaire initié par Stephen Wright en collaboration avec le Collège international de philosophie est consacré au «Document performatif. Nos attentes à l’égard de l’art restent encore trop fréquemment conditionnées par la présence supposée de l’œuvre : il passe pour une quasi évidence que l’art s’incarne et apparaît dans le monde sous forme d’œuvres. Pourtant, ce «supposé» n’est-il pas de plus en plus contesté par la réalité artistique la plus contemporaine, où à la place de l’œuvre iconique, l’usager des musées et des galeries se trouve confronté aux documents artistiques?
Il n’est que trop facile d’assimiler ces documents aux œuvres d’art dont ils partagent le médium (vidéo, photographie, dessin, peinture, installation) sans du tout prétendre au même statut i ni au même régime de visibilité.

Pour peu qu’on conceptualise le document, celui-ci est typiquement subordonné à l’œuvre et pensé comme offrant un accès sensible à une action ou intervention artistique qui eut lieu dans un autre espace-temps ; le document serait essentiellement représentationnel au sens où il re-présente une action artistique qui a déjà été présentée. Or ici, il s’agira d’évoquer un autre genre de document, peu imaginable – car sans objet – il y a seulement quelques années. Les pratiques à très faible coefficient de visibilité artistique ne peuvent être ramenées dans le cadre performatif de l’art que par le biais du document : c’est donc le document qui agit comme un performatif, transformant le statut des configurations et activités symboliques qui n’avaient pas été perçues en tant que propositions artistiques. Ce genre reste peu théorisé même s’il est déjà répandu et semble promis à un avenir de plus en plus important au fur et à mesure que les pratiques furtives se généralisent. Le document performatif anticipe-t-il un nouveau statut de l’art, une reconfiguration des conditions de son apparaître, où l’art ne s’exposerait plus par le biais d’œuvres iconiques dans les galeries et centres d’art, mais par le biais de documents performatifs dans les centres de documentation?

L’Artiste
Collectif indépendant d’artistes et de graphistes créé à Paris en août 2000 : conçu pour favoriser un travail de groupe, développer un principe de géométrie variable à partir d’un plus large réseau d’artistes, de collaborateurs, d’intervenants, de partenaires, et rechercher une forme inédite d’autonomie artistique, politique et économique.

Infos pratiques
> Lieu
Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts
14, rue Bonaparte. 75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
> Horaire
18h
> Contact
T. 01 47 03 50 00
www.ensba.fr
> Entrée libre