LIVRES | CATALOGUE - ESSAI

Commence alors la grande lumière du Sud-Ouest

Le travail de Pascal Convert est traversé par la question de la mémoire et de l’oubli et, s’incarne par un usage récurrent du verre. Didier Arnaudet, écrivain et critique d’art, propose ici d’apporter un éclairage inédit sur cette œuvre qui s’exprime dans de multiples registres et dont le Sud-Ouest de la France est une des composantes essentielles.

Information

Présentation
Didier Arnaudet, Pascal Convert
Commence alors la grande lumière du Sud-Ouest

Plasticien, auteur de films documentaires et écrivain, Pascal Convert est un artiste inclassable. Son travail est traversé par la question de la mémoire et de l’oubli et, s’incarne par un usage récurrent du verre.

Tirée du texte de Roland Barthes La lumière du Sud-Ouest, la phrase utilisée par Pascal Convert surplombera à partir du mois d’avril 2015 les voies de chemin de fer entre Bègles et Bordeaux. Cette installation de très grand format (40 mètres de long) est réalisée dans le cadre du programme de commande publique de la Communauté urbaine de Bordeaux. Après le monument qu’il a réalisé à l’initiative de Robert Badinter à la mémoire des résistants et otages fusillés au Mont Valérien entre 1941 et 1944, cette nouvelle installation apparaît comme une sorte de consécration pour l’artiste.

À cette occasion a lieu la publication d’un livre important conçu par l’écrivain et critique d’art Didier Arnaudet. Composé d’un grand nombre d’images et de documents inédits issus des archives de I’artiste, cet ouvrage permet de mieux comprendre le parcours et l’univers singulier de celui qui a pris le risque d’abolir les frontières qui séparent d’ordinaire mémoire personnelle, familiale et historique.

Toute cette matière inédite apportera un éclairage sur une œuvre qui s’exprime dans de multiples registres — l’écriture, la sculpture, l’installation, la vidéo, le film documentaire — et dont le Sud-Ouest de la France — Bordeaux, les Landes, la Côte basque — est une des composantes essentielles.

«Pascal Convert pratique l’art comme une activité de connaissance et de lumière. Il s’intéresse à des savoirs variés, des fragments oubliés et des destins tragiques entre lesquels il noue des relations, tout en évitant le danger de s’y perdre. Il les fait dialoguer, mais opère un détachement du champ où il prétend d’abord s’inscrire afin d’en faire un lieu de tensions où s’affrontent et se combinent les ruptures et les redéfinitions, les ouvertures et les recoupements.

Commence alors la grande lumière du Sud-Ouest, cette commande publique surplombant les voies de chemin de fer, entre les gares de Bègles et de Bordeaux, oblige, par une énergie jamais fixée, énigmatique, à aller plus loin que toute forme qui, se dégageant de toute détermination, se poursuit au-delà des limites. Cette phrase de Roland Barthes invite à la traversée d’un récit, fidèle à certaine qualité de clarté et d’interrogation, qui se déplace dans le temps et l’espace comme l’état naissant d’une promesse striée de vigilance. Elle accompagne une large possibilité d’expériences archéologiques de la mémoire et de l’histoire, et se propose aussi comme une sorte de fluidité qui offre à l’imaginaire le sentiment d’atteindre la puissance du rêve.

Ce livre invite à explorer sa constellation dans l’œuvre de Pascal Convert, et multiplie les sollicitations jalonnant, élargissant la vitalité de ce cheminement qui s’inaugure, en 1987, avec l’appartement de l’artiste et mène à Commence alors la grande lumière du Sud-Ouest
Didier Arnaudet

AUTRES EVENEMENTS LIVRES