ART | INSTALLATION

Collection privée

03 Oct - 30 Déc 2012
Vernissage le 03 Oct 2012

Pascale Marthine Tayou procède dans ses créations par séries, assemblages, profusions. Ses œuvres et installations sont composées d'objets et de matériaux glanés un peu partout, sur les marchés africains et européens. Leur point commun est d'appartenir à l'imaginaire intime de l'artiste et d'y faire corps.

Pascale Marthine Tayou
Collection privée

«Collection privée», nouvelle installation de Pascale Marthine Tayou, développée en une suite de tableaux sur 900m² dans le Pavillon Paul-Delouvrier, est un sentier prodigue de formes, de matières, de lumières et de sons.

Flottaison de bois d’où éclosent des fleurs de diamant, gerbes d’objets et de figurines trônant sur pilotis, poupées de cristal tout en parures, géants figés d’hébétude, orchestre de tambours aux pieds humains, danse de ventilateurs, nuage noir sur potences, forment un univers inattendu.

Home Sweet Home, L’Ecume de mer, Diamonds Scape… Des installations foisonnantes, parfois mouvantes et bruissantes de chants d’oiseaux, de murmures et d’échos urbains…Mais aussi masques, totems de Poupées Pascale en cristal où des formes africaines s’incarnent dans le raffinement du travail des maîtres verriers italiens; Les Troubadours, orchestre de tambours camerounais métamorphosés en saltimbanques unijambistes; cases de bois, tableaux, photographies.

Et au-dehors, comme un signe, une signature, un monument de soupières, la Colonne Pascale.

Les œuvres de Pascale Marthine Tayou, hors de tout exotisme, évoquent pour lui et pour chacun une part d’intime; en révélant tout ce qu’elles ont de politique, d’universel, dans leur banalité, leur épuisement ou leur sophistication, il les transforme en viatiques pour le présent ou l’avenir des hommes.

Confrontant productions et ressources de la nature, surproduction humaine d’objets et nouvelles formes d’identités, cette grande installation in situ et out-situ de Pascale Marthine Tayou aboutit à une œuvre en soi, singulière, où les frontières physiques, géographiques, temporelles et culturelles perdent leur sens.

Pascale Marthine Tayou est représenté par la Gallería Continua, San Gimignano / Beijing/ Le Moulin.