PHOTO

Chronométrie intime

Entre la course aérienne de jeunes Atalantes et la ronde des nageurs dans les fonds archéologiques d’une piscine, entre la photographie et la vidéo, entre la blancheur de la galerie et la descente dans l’obscurité d’espace de la vidéo.

Atalante à la rapide foulée est cette héroïne de la mythologie grecque qui s’engagea à prendre pour époux l’heureux qui la vaincrait à la course. Les photographies de Muriel Toulemonde revisitent ce mythe avec de jeunes athlètes qui se préparent à la course de vitesse.

La taille fine est entourée d’une ceinture à laquelle sont accrochés des élastiques tenus de main ferme par l’entraîneur qui demeure hors champs. Les torses projetés sont arrêtés net dans leur course, retenus par les obliques tendues des élastiques. Ces Atalantes des temps modernes, avec leur harnachement, tels les chevaux d’Hélios, semblent tirer le char du soleil. Cabrées, maîtrisées par les rênes, elles renvoient subtilement aux chevaux que Muriel Toulemonde filma, enfermés dans des boxes et galopant tels des mécaniques infernales sur un tapis roulant.

Tension, détente, puissance et grâce se répondent d’une photographie à l’autre, où le cadrage affirme le jeu des lignes, arc d’une jambe en flexion, galbe d’une cuisse, saillie d’un adducteur. Cet élan arrêté est peut-être aussi cet «instant arrêté de la photographie».

Muybridge et Marey dans leurs chronophotographies cherchaient la décomposition du mouvement : celui du galop d’un cheval, de la foulée d’un coureur. Des appareils photographiques, reliés à un fil, placés perpendiculairement à la trajectoire du coureur, étaient déclenchés lors de son passage. Dans les Atalantes, c’est l’élastique qui retient la course, suspend le temps. L’instant saisi par Muriel Toulemonde est celui de la tension, de la détente : aucun flou, tout et net ; précision chronométrique.

Une photographie montre une jeune athlète en pleine course, freinée par un petit parachute qu’elle tire derrière elle. Ses pieds ne touchent plus la piste. Elle semble dans cette course aérienne en prise avec Eole. Ce n’est pas ici Le Saut dans le vide d’Yves Klein. L’air est rendu présent, la suspension est plus d’ordre physique que métaphysique. Elle rappelle ce passage du Traité de la peinture — « De la figure qui marche contre le vent » (chap. CCXCV ) —, dans lequel de Léonard de Vinci décortique la mécanique du mouvement.
Dialectique des tendons et des élastiques. Les Atalantes projettent leurs doigts vers un insaisissable au-delà, laissent retomber leurs mains comme tombe celle du Christ dans la Piéta de Michel-Ange.

Si les photographies sont présentées sur des murs blancs au rez-de-chaussée de la galerie, il nous faudra descendre au sous-sol pour voir la projection vidéo. Nous plongeons littéralement dans les ténèbres, lorsque apparaît sur l’écran l’étrange image d’une piscine. La caméra est fixe, frontale. La moitié inférieure de l’écran est occupée par le bassin d’un bleu turquoise d’où s’échappe une vapeur d’eau dont la lente ascension conduit notre regard vers la moitié supérieure. S’installe alors une troublante impression.
Au lieu d’une architecture de piscine avec ses cabines bien rangées, ses carreaux de faïence propres et brillants, se dessine derrière un brouillard léger un bâtiment qui semble en construction : sorte d’usine désaffectée.

L’image opère un renversement où le haut serait ce monde anthropique, Hadès des hauts fourneaux, ceux fixés dans le « gris photographique » des Bechers ; et où le bas serait le monde bleu-piscine de David Hockney adouci par les buées montantes du paradis d’un quelconque Bain turc.
La bande sonore aux échos aquatiques ajoute à l’impression d’étrangeté . Acoustique de piscine où les mots des nageurs se perdent comme se perd leur image dans la brume légère. L’œil fixe et cyclopéen du télé-objectif écrase l’image.

Les nageurs viennent et repartent inlassablement. Un rythme nouveau s’installe. Les changements de focale nous rapprochent progressivement des nageurs, nous entraînant dans leur course infernale. Leur regard est absent, mangé par leur masque et leur tuba. Collage terrifiant, ombre inquiétante. Mais une grâce apparaît dans l’ondulation des corps : «Le corp devient liquide, en osmose avec la fluidité de l’image vidéo» (Muriel Toulemonde). Puis la descente continue. Des éclats rouges et jaunes des nageoires de plastique, des bruits éclaboussants, la caméra nous immerge dans un silence trouble et bleuté. Les corps deviennent silhouettes flottantes, dansant dans un cosmos à la Bill Viola.

Un chant d’une grande douceur se fait entendre, sirène qui nous appelle : peut-on descendre encore ? Ulysse était attaché par des sangles à la Nef.
Nous remontons progressivement, abandonnant les fonds archéologiques de la piscine pour refaire surface, rejoignant alors la perfection aérienne et solaire du corps noir des Atalantes.

Les Atalantes [date]. Série de dix photos couleur collées sur aluminium. 60 x 90 cm.
Les Nageurs [date]. Pojection vidéo. 10 mn 11s.