ART | EXPO

Parts de croissance

06 Fév - 07 Avr 2018
Vernissage le 06 Fév 2018

Christian Jaccard présente à la Sorbonne Art Gallery l’exposition « Parts de croissance » composée d’une série de tableaux produits selon le principe de l’ignition. Pratiquement, les tableaux sont produits par une combustion à mèche lente. Il en ressort des graphiques qui symbolisent les intensités de l’économie mondiale…

L’exposition « Parts de croissance » de Christian Jaccard est composée d’une série de tableaux éphémères conçus spécialement pour la Sorbonne Art Gallery.

L’ignition comme principe esthétique

Cette série se réfère à la notion d’ignition, c’est-à-dire de combustion vive qui se manifeste dans le monde autant dans les choses et dans nos vies. La mise en œuvre de cette notion débute dans le travail de Christian Jaccard dans les années 1970 avec la combustion d’objets sur toile, de cuirs et de tableaux anonymes. Ce geste pictural de l’ignition est alors associé à la pratique ancestrale de l’écobuage, selon laquelle les végétaux résultant d’un défrichement sont brûlés sur place pour préparer la mise en culture de la terre.

La mèche lente comme opérateur esthétique

Pratiquement, les tableaux sont produits par une combustion à mèche lente qui altère la matière et la couleur originelle de matériaux et des supports, pour former un réseau d’empreintes. Ces véritables dessins « automatiques » sont autant de stigmates du temps, ils constituent pour l’artiste une trace mémorielle, un repère signifiant. Appliqués à l’échelle du mur ou d’un édifice, les « tableaux éphémères » célèbrent l’énergie cosmique.

L’« ignigraphie », métaphore des incandescences de l’économie mondiale

Dans cette série de Christian Jaccard, l’« ignigraphie » symbolise les intensités d’une économie mondiale dont les graphiques des bourses traduisent les montées et les chutes passagères, brutales ou cycliques : leurs flambées et leurs flux, leurs textures et leurs strates — leurs états de surchauffe.

Sont ainsi stigmatisés la volatilité explosive des remous et l’imprévisibilité des précipitations dans l’univers chaotique des indices de croissance, des statistiques, des résultats opérationnels, des facteurs de ressources, des courbes de conjoncture, des écarts de performance, ses indicateurs de tendance, des transferts de valeur, des taux de rendement, etc.