ART | EXPO

Amos’ World

25 Oct - 26 Jan 2020
Vernissage le 24 Oct 2019

L’exposition « Amos’ World » au 49 Nord 6 Est, Frac de Lorraine, à Metz, dévoile une trilogie vidéo de Cécile B. Evans qui évoque à travers une fiction les hiérarchies et les mécanismes de contrôle qui régissent les interactions entre individus et conditionnent leurs rapports à l’espace et aux objets.

L’exposition « Amos’ World » au 49 Nord 6 Est, Fonds régional d’art contemporain de Lorraine, à Metz, présente le projet éponyme de Cécile B. Evans, une narration sous forme de série vidéo à travers laquelle l’artiste belgo-américaine continue d’étudier la place et la valeur accordées aux émotions dans les sociétés contemporaines et les révoltes individuelles et affectives contre les structures de pouvoir qui organisent notre quotidien.

Amos’ World, une trilogie vidéo de Cécile B. Evans au Frac de Lorraine

Construite en trois épisodes, la fiction Amos’ World (le monde d’Amos) suit l’évolution d’un grand ensemble architectural à visée progressiste, à travers la vie de son architecte, Amos, et de ses habitants. Alors que l’édifice ne répond finalement pas à ses promesses, les locataires se le réapproprient et bousculent ainsi les ambitions d’Amos qui pensait avoir conçu un bâtiment qui conjugue parfaitement les espaces individuels et les espaces communs. Son propre monde commence alors à vaciller.

Amos’ World ou l’échec de l’architecture moderne

Alors que le but des structures modernes était d’articuler idéalement espaces privés et publics, et d’harmoniser les relations entre l’architecture, l’homme et la nature, ces projets, qui étaient dessinés sans prendre en compte les populations qui allaient y vivre, ont presque tous échoué. A partir de cet exemple de l’architecture moderne, de son idéologie et de son échec, Cécile B. Evans met en lumière les rapports de pouvoir entre individus et la façon dont ils sont activés et dictés par des infrastructures.

Cécile B. Evans observer les structures de pouvoir

Réalisée entre 2016 et 2018 par Cécile B. Evans, la trilogie vidéo Amos’ World met en scène des acteurs et des personnages animés grâce à des techniques analogiques et numériques. Les visiteurs peuvent la visionner depuis des cabines individuelles dont la forme évoque celle du bâtiment imaginé par Amos. Par ailleurs, des éléments du tournage, reproduits sous forme de sculptures, sont dispersés à travers les espaces d’exposition.