DANSE | SPECTACLE

Ce que j’appelle oubli

08 Mar - 10 Mar 2013
Vernissage le 08 Mar 2013

Tabassé à mort par quatre vigiles pour avoir bu une cannette de bière sans l’avoir payée... Prenant pour matière première un texte de Laurent Mauvignier, Angelin Preljocaj s’attelle à retranscrire l’horreur d’un fait divers, la violence dérisoire et la mort inutile, dans une pièce pour six danseurs et un comédien.

Angelin Preljocaj
Ce que j’appelle oubli

Le point de départ de la nouvelle pièce pour six danseurs et un comédien du chorégraphe Angelin Preljocaj est un texte de Laurent Mauvignier intitulé Ce que j’appelle oubli. À l’origine de cet écrit pris dans l’étau d’une seule phrase d’une soixantaine de pages, un fait divers atroce: le meurtre, en 2009, d’un jeune homme de 25 ans par quatre vigiles dans un supermarché lyonnais. Son crime: avoir bu une cannette de bière sans l’avoir payée. Déchaînement de violence pour une action ridiculement dérisoire. L’horreur de cette mort est retranscrite dans un long souffle hérissé de spasmes par Mauvignier.

Emu par l’ouvrage, Preljocaj, qui s’est déjà cogné à deux reprises à des œuvres littéraires, celle de Pascal Quignard pour L’Anoure (1996) et de Jean Genet pour son solo Le Funambule (2009), a décidé d’en faire une pièce. Un pari risqué qui croise la brutalité des faits, la sophistication de l’écriture et les corps savants des danseurs et de l’acteur. Etau de l’art pour un fait divers.

par Jeanne Liger

Chorégraphie-mise en scène: Angelin Preljocaj
Texte: Laurent Mauvignier, Ce que j’appelle oubli (Éditions de Minuit)
Musique: 79D
Scénographie et costumes: Angelin Preljocaj
Création lumières: Cécile Giovansili-Vissière
Narrateur: Laurent Cazanave
Danseurs: Aurélien Charrier, Fabrizio Clemente, Baptiste Coissieu, Carlos Ferreira Da Silva, Liam Warren, Nicolas Zemmour
Assistant, adjoint à la direction artistique: Youri Van den Bosch
Choréologue: Dany Lévêque

Repères biographiques
Né en région parisienne en 1957, Angelin Preljocaj débute des études de danse classique avant de se tourner vers la danse contemporaine auprès de Karin Waehner, Zena Rommett, Merce Cunningham, et plus tard Viola Farber et Quentin Rouillier. Il rejoint ensuite Dominique Bagouet jusqu’à la création de sa propre compagnie en décembre 1984. Il a chorégraphié depuis 46 pièces, du solo aux grandes formes et s’associe régulièrement avec d’autres artistes: Enki Bilal, Air, Karlheinz Stockhausen, Jean Paul Gaultier ou Laurent Garnier…

Ses créations sont présentées dans le monde entier et reprises au répertoire de nombreuses compagnies, dont il reçoit également des commandes, c’est le cas notamment du Ballet de l’Opéra national de Paris

Laurent Mauvignier
est né à Tours en 1967. Diplômé de l’école des Beaux-Arts en Arts Plastiques (1991), il choisit finalement de renouer avec son amour de jeunesse, l’écriture. Son premier roman, Loin d’eux, paraît en 1999 aux Éditions de Minuit, une maison à laquelle il demeure fidèle et qui publie ses ouvrages suivants. Son écriture, entre histoires intimes et Histoire, porte la marque d’une réflexion sensible sur le manque, l’amour et la souffrance. Lauréat du prix du Livre Inter et du prix Wepler en 2000 pour Apprendre à finir, Laurent Mauvignier a également reçu le prix du roman Fnac en 2006 pour Dans la foule.

Informations
Angelin Preljocaj, Ce que j’appelle oubli
Les 8 et 9 mars 2013 à 20h30
Le 10 mars 2013 à 16h
Salle 400

Avec le Théâtre de la Ville, dans le cadre du programme «Prolongations»
Du 23 février au 5 mars 2013 au Théâtre de la Ville (relâche le 28 février)