PHOTO

Cassandre n°74. Résonances 2

Ce deuxième numéro consacré aux «résonances» fait le parallèle entre deux époques, les années 60-70 et aujourd’hui, pour montrer la permanence des questions qui agitent l’art et la culture.

Information

  • @2008
  • 2
  • \9 €€
  • E114
  • Zoui
  • 4Français / Anglais
  • }22 L - 28 H

Présentation
Nicolas Roméas, Valérie de Saint-Do
Cassandre n°74. Résonances 2

Editorial de Nicolas Roméas et Valérie de Saint-Do

«Reprenons. Nous disions donc que nous ne voulions à aucun prix être dans la commémoration… Nous frôlions de près la contradiction, et d’aucuns, à juste titre, virent dans cette déclaration d’intention un audacieux numéro d’acrobate !

Car nous pensons qu’il faut relier les époques entre elles pour transmettre des valeurs essentielles, mais les célébrations « officielles  » ne sont pas dans nos habitudes. Ni dans nos goûts.

Si nous devons rendre un hommage, ce sera d’abord pour saluer la mémoire d’Aimé Césaire, celui qu’Antoine Vitez appelait le « Shakespeare noir ». Salut au poète qui a magistralement usé de son souffle lyrique pour inscrire à l’encre indélébile l’homme venu d’Afrique, le Nègre, dans l’écriture et dans l’histoire du monde.

Salut au guerrier qui énonça la réalité avilissante du colonialisme, avant tout pour celui qui domine.

Saluons aussi la mémoire d’Hubert Gignoux, l’un des tout premiers « décentralisateurs » du théâtre, que Jeanne Laurent nomma dès 1949 à la tête du Centre dramatique national de l’Ouest. Il nous fit la joie, en septembre 1996, de retracer dans nos pages un itinéraire qu’il narra en détail dans son histoire d’une famille théâtrale. Il nous a quittés le 27 février dernier. Salut à vous, monsieur Gignoux.

Alors, pour ce qu’il en est du souffle des années 1960-70, c’est vrai, nous voulons traiter le sujet différemment de ceux qui considèrent cette période comme un souvenir révolu et sans suite. À bord du drôle de véhicule qu’est cette revue, nous nous efforçons d’avancer en gardant un œil sur le rétroviseur.

Nous allons de l’avant sans oublier le chemin tracé et nous nous attachons à chercher des pistes pour le présent et l’avenir. En évitant — pour ne pas connaître le destin d’Orphée — de trop nous attarder sur un passé figé, « sanctifié », épuré de ses scories. Mais, vous l’aurez remarqué (nous ne nous en cachons pas vraiment !), cette percée dans l’histoire de l’Occident compte beaucoup à nos yeux.

Nous continuons donc à explorer les passerelles historiques qui nous relient — pour le meilleur et parfois le pire — à ces années, cette « parenthèse enchantée » qui ouvrit brutalement un certain nombre de possibles dans tous les champs croisés de notre vie en société. Et où se sont manifestées des « révoltes de l’intelligence » qu’il est urgent de ranimer en ces temps de storytelling marchand et politique !

Dans leur diversité, les témoins de ce numéro aident à comprendre un présent dont ils restent acteurs. Et à penser le futur… De Christian Salmon et Alain Badiou à Chantal Montellier, Antoinette Fouque ou Hanna Schygulla, ils ont en commun une fidélité profonde à des engagements qui irriguent leur réflexion et leur art. Aujourd’hui.»

Sommaire
— Grands témoins
Christian Salmon
Alain Badiou
— Chantier
Édith Rappoport
Paradise Now: cataclysme théâtral
Panem et polis, entretien avec Peter Schumann
Dame de cœur, entretien avec Honna Schygulla
Un rêve de cinéma, entretien avec Alain Tanner
«Libido creandi», entretien avec Antoinette Fouque
Samuel Wahl
La beauté s’engage
La part des lionnes, entretien avec Chantal Montellier
Future comes from art, entretien avec Norman Spinrod
Robert Abirached
Au théâtre, l’effet 68
Le monsieur Jourdain de Malraux, entretien avec Émile Biasini
Alexandre Wong
Gatti 68 (Mai 2008 à la Maison de l’arbre)
Le roi des saltimbanques, entretien avec Michel Crespin
Je ne crois pas aux utopies, entretien avec Arlette Laguillier
Myriam Blœdé
Mai 68, les images de la télévision
— Agora

Joël Kerouanton
Lettre à M. Bertrand
Jeanne Poitevin
Les idéaux
Thierry Pariente
Mille ministères !
— Horschamp
Une beauté qui jamais n’oublie la douleur, entretien avec Pippo Delbono
Bruno Boussagol
Chronique du théâtre ordinaire. L’Odéon : un théâtre de quartier
Irène Sadowska-Guillon
Si loin si proche. Faire du théâtre… une mission impossible
— Hors sujet. Brèves
Enchaînements du temps, entretien avec Germinal Climent et Bruno Graziana
Valérie de Saint-Do
Labourages et pâturages…
Vus de face. Traces d’expérience, entretien avec Michel André et Florence Lloret
Thomas Hahn
Logorrhée et créations
Madeleine Abassade
Essayez la sensualité!
Valérie de Saint-Do, Benoît Szakow
Notes en marge
Olivier Claude, Irène Sadowska-Guillon, Valérie de Saint-Do
Ecrit
— Points de mire

Jacques Livchine
Petites théories jetables