ART | EXPO

Caroline Denervaud

22 Mar - 19 Mai 2019
Vernissage le 21 Mar 2019

L’exposition « Caroline Denervaud » à la Galerie Double V, à Paris, dévoile une nouvelle série de peintures abstraites : des compositions libérées de toute référence au monde extérieur où ne compte que le dialogue entre le geste et la couleur, portée à son paroxysme.

La galerie parisienne Double V présente une nouvelle série de peintures de Caroline Denervaud dans lesquelles prime le dialogue entre le geste et la couleur. Ces œuvres de pure abstraction s’inscrivent dans une démarche guidée par la recherche d’une harmonie et d’un équilibre précaires.

Nouvelle série de peintures de Caroline Denervaud à la Galerie Double V

La pratique picturale de Caroline Denervaud est une pratique profondément physique dans laquelle l’ensemble du corps est impliqué. Nourrie par une formation en danse et en chorégraphie, sa recherche plastique se développe selon des mouvements, des gestes, des performances dansées dont elle garde la trace en se filmant, et qui se traduisent finalement par des tracés à la surface du papier.

L’abstraction pure de Caroline Denervaud dans les traces de la nouvelle École de Paris

La peinture de Caroline Denervaud n’est pas sans rappeler les œuvres issues de la nouvelle École de Paris d’après guerre : l’abstraction lyrique de Serge Poliakoff, les entrelacements intensément colorés de formes de Maurice Estève. Comme leurs compositions, celles de Caroline Denervaud sont libérées de toute représentation. Le processus de leur création n’est guidé par aucune image ou forme préétablies : seul compte le dialogue infini que mènent le geste et la couleur.

Caroline Denervaud fait dialoguer geste et couleur

Dans la nouvelle série de tableaux de Caroline Denervaud, ces deux éléments ouvrent de nouveaux horizons picturaux. La gamme chromatique, pleinement exploitée, délaisse toute référence au monde extérieur pour ne suivre que l’imagination de l’artiste qui crée son propre univers et vise l’abstraction pure. L’image semble jaillir de la palette, couleurs et signes s’équilibrant pour former un récit caché, un « ressenti figé sur le papier » selon les propres mots de Caroline Denervaud.