ART | EVENEMENT

Capturer l’image dans la durée. Le temps dans l’espace de la représentation

11 Déc - 13 Déc 2013
Vernissage le 11 Déc 2013

La Fondation Giacometti fête son dixième anniversaire à travers une série d’événements s’inscrivant autour d’un thème au cœur de la pratique d’Alberto Giacometti: comment représenter le temps dans l’espace? Avec ces deux conférences et une performance, les rapports qu’entretiennent l’art et la sculpture avec le temps seront alors évoqués.

Emmanuel Saulnier, Ioulia Podoroga, Yann Toma
Capturer l’image dans la durée. Le temps dans l’espace de la représentation

Mercredi 11 décembre 2013
Le plasticien Emmanuel Saulnier évoquera les rapports que la sculpture entretient avec le temps dans une intervention intitulée «Présence Elliptique. Condition d’existence et moment grec».

Jeudi 12 décembre 2013
La philosophe Ioulia Podoroga traitera de la question: «Peut-on voir le temps? Bergson entre art et philosophie», et abordera la présence du concept de durée chez Bergson dans l’art actuel.

Vendredi 13 décembre 2013
Le plasticien Yann Toma invite des artistes, historiens et critiques d’art à une «Séance Spirite» autour du guéridon dessiné par Giacometti, pour convoquer les esprits et explorer les rapports entre passé et présent dans les lieux mêmes où les sculptures de celui-ci furent exposées jusqu’en 1977: l’ancien Musée National d’Art Moderne.

Ces rencontres ont lieu dans l’installation Jacques Comité (Giacometti) de Michael Riedel au «Point perché», réalisé à partir des restes de la scénographie de l’exposition récemment consacrée à Giacometti à la Hamburger Kunsthalle et prennantla forme d’un espace de rencontres et de discussions fidèle à l’esprit de Giacometti, grand amateur de débats et de conversations.

Depuis sa création en 2003, la Fondation Giacometti s’attache à mettre en évidence les liens qui unissent la démarche de Giacometti et la pratique contemporaine. Giacometti s’est attelé très tôt à donner forme au temps devenu espace et formula ce programme dans un texte-manifeste, Le rêve, le Sphinx et la mort de T. paru dans la revue Labyrinthe en 1946. Il écrit encore en 1965: «Lorsque je vois quelque chose qui me fait une forte impression, je ressens le besoin d’en capturer l’image dans la durée.»

Accès
Palais de Tokyo
Installation Jacques Comité (Giacometti) de Michael Riedel au «Point perché»
Les 11, 12 et 13 décembre 2013 à 19h