ART | EXPOSITION

Candelabra

18 Jan - 23 Avr 2012
Vernissage le 18 Jan 2012

«Candelabra» présente un paysage fantasmagorique réalisée à Berlin. L’ensemble de l’exposition est à considérer comme la surface palpable et visible d’une tension, qui se donne à voir mais surtout à vivre. Les résidus visuels continuent de nous hanter et à flotter comme une image en mode pause.

Jérôme Poret
Candelabra

Jérôme Poret propose un dernier geste pour clôturer son année de résidence au Confort Moderne: un éclairage d’hiver pour le parking. Après l’imposante matérialité des sculptures garées sur le parking les saisons dernières, l’intervention de l’artiste joue avec subtilité sur l’ambiance lumineuse de la cour du Confort Moderne et la dissolution d’une œuvre dans un objet usuel.

Une légende urbaine raconte que Berlin Est était reconnaissable la nuit par sa lumière, dont la teinte crépusculaire la différenciait de celle, plus blanche, que l’on trouvait à l’Ouest. Une différence qui possède une explication technique: alors que l’Ouest utilisait comme matériau le tungstène, l’Est lui préférait le sodium. Après 1989, l’unification passe aussi par une homogénéisation des équipements publics, notamment celle de la lumière, et les lampadaires berlinois se sont retrouvés démantelés de la voie publique. Candelabra est réalisé à partir de lampes produites à Leipzig dans les années 60, les mêmes qui ont éclairé la gare de Ostbahnhof de l’ancien Berlin Est. La sculpture est un croisement de monumentalité poétique et de ready made amplifié. Les lampes fonctionnent à la nuit tombée, plongeant la cour du Confort Moderne dans une ambiance de terrain vague berlinois. Teinté de nostalgie surannée, le mobilier urbain prend valeur de vestige tout en disparaissant de son environnement.