PHOTO

Cabriolet, Diapositive n° 421

Communiqué de presse
Valeria Guiga, Fani Sarantani
Cabriolet, Diapositive n° 421


Horaire :
19h
Tarifs : entrée libre sur réservation au 01 40 34 02 48

Au  premier abord, tout sépare Diapositive nº 421 et Cabriolet. Pourtant ils partagent  une forme courante en danse contemporaine : le solo. Le mot semble suffire à caractériser l’objet, au risque, d’en forclore le sens. Le solo d’un seul, s’exécuterait en parfaite solitude, presque malgré la promesse d’un public à venir. Diapositive nº 421 et Cabriolet seraient d’abord des soli, et donc, avant tout, deux solitudes. Toutefois la salle de répétition a mis en  présence les corps des danseuses ; ce seul partage de l’espace physique a suffit à les libérer du mythe d’un geste isolé.

Cabriolet s’inspire du cinéma Bollywood, ses histoires d’amours mélodramatiques, ses danses, ses chansons, ses dialogues, tous ces éléments qui dessinent les contours d’un autre rapport au monde. La pièce porte attention à ces signes (vocaux, gestuels, graphiques), écoute leurs sémantiques et leurs syntaxes et, au travers de leurs circonvolutions, explore la prolifération des discours amoureux.

Diapositive n°421
puise sa matière d’Adaptation, créé il y a cinq ans. Il s’agit aujourd’hui d’inventer le prolongement de cette pièce chorégraphique en prenant la mesure de cette suspension.
Diapositive n°421 réanime le geste effacé, entrave celui qui suit et risque l’arrêt complet, un arrêt peut-être plus vivant que le mouvement lui-même. Parce que l’arrêt n’est pas rien.