PHOTO | CRITIQUE

Bruno Serralongue

PJulia Peker
@12 Jan 2008

Aux antipodes du reportage spectaculaire, Bruno Serralongue photographie les installations précaires des centaines de migrants dispersés dans les environs de Calais, reproduisant par sa distance la marginalité à laquelle le pouvoir les condamne.

Derrière des nuées de brindilles, sur le bas-côté de l’autoroute, le long de baraquements désertés, Bruno Serralongue photographie l’installation précaire et l’attente du départ des migrants dispersés dans les alentours de Calais.

A titre de communiqué de presse, l’artiste a écrit un court texte faisant état de la fermeture du camp de Sangatte en 2002, et de ses conséquences actuelles.
Le camp a fermé, mais les migrants continuent d’affluer à ce point de passage pour l’Angleterre. Les associations locales estiment entre 400 et 600 le nombre d’hommes vivant dans les périphéries boisées ou désertées. C’est dans cette zone diffuse et inhospitalière que Bruno Serralongue est allé photographier la vie clandestine, trouvant son sujet dans des scènes destinées à échapper au regard : cahutes et tentes nichées dans les sous-bois, préfabriqués recouverts de tags parqués dans des zones sombres, vestiges d’abris et d’objets.

Aux antipodes des conventions classiques du reportage, il capte son objet à distance, refusant de faire usage du spectaculaire et de mettre au premier plan ce qu’on maintient soigneusement aux marges de nos villes et de nos précieux paysages.

Quand il saisit l’attente des hommes, c’est en contrebas de l’autoroute, cadrant fossé et branchages au premier plan. Au loin, les hommes tournent le dos à l’objectif, absorbés par leur contemplation du passage des voitures. Les mains dans les poches, séparés de la circulation par un bas-côté infranchissable, ils regardent passer des véhicules qui ne peuvent s’arrêter.

Le flux autorisé est là, affichant son souhait de rester étranger à cette présence incontrôlable.

Bruno Serralongue
Algeco, quai de la Moselle, Calais, juillet 2006, 2006. Ilfochrome collé sur aluminium, encadrement plexiglas. 126 x 159 cm
Abris #6, Calais, avril 2007, 2007. Ilfochrome collé sur aluminium, encadrement plexiglas. 126 x 159 cm

AUTRES EVENEMENTS PHOTO