PHOTO | EXPO

Blow up

25 Juin - 31 Juil 2015
Vernissage le 20 Juin 2015

Le travail de Patrick Tourneboeuf porte principalement sur la mémoire des lieux et des hommes qui les ont habités. Il présente ici une nouvelle série réalisée à partir de photos vintages collectées dans différents lieux de villégiatures en Europe. A travers une approche esthétique et plastique, il restitue une époque appartenant à la mémoire collective.

Patrick Tourneboeuf
Blow up

Patrick Tourneboeuf photographie les hommes à travers ce qu’ils laissent derrière eux. Son travail porte principalement sur la mémoire des lieux et, à travers eux, des hommes qui les ont habités.

Cette nouvelle série peut s’interpréter dans le travail de Patrick Tourneboeuf comme le pendant plastique de Nulle Part, travail photographique réalisé dans des stations balnéaires en dehors de la saison estivale, et qui offrait au regard ces rues, aménagements urbains et plages vidés de leurs occupants.

Réalisée à partir de photographies vintages, collectées notamment dans les brocantes de ces mêmes lieux de villégiatures en France, en Italie, en Espagne et en Belgique, la série Blow up, référence au film éponyme de Michelangelo Antonioni, restitue une époque appartenant à la mémoire collective.

On retrouve ici le travail sur la mémoire des lieux profondément ancré dans la pratique de Patrick Tourneboeuf. Cependant l’approche plastique reste très éloignée de ses autres séries; il ne fait pas ici œuvre de photographe mais de plasticien, en travaillant sur des reproductions de photographies collectées au fil du temps.

Zoomant, découpant, recadrant, il nous propose ainsi des images qui révèlent et amplifient la trame du papier et de l’impression. Nonobstant le caractère désuet qui se dégage de ces scènes, ce choix esthétique rappelle la nature voyeuriste et intrusive propre aux images pixellisées de Google map, aux extraits de vidéos de surveillance ou aux photographies volées des magazines people.

L’exposition nous plonge au cœur de ces images, nous sommes happés par la nostalgie et les souvenirs que convoque cette esthétique très connotée. Mais que voyons nous en réalité? L’agrandissement des images révèle autant qu’il dissout leur contenu. Ces scènes familières, images d’Epinal, font écho à notre mémoire et au processus de construction et de transformation de nos souvenirs.