ART | EXPO

Blanklümdermilq

13 Juin - 01 Août 2009
Vernissage le 13 Juin 2009

Que ce soit par le volume, l’image ou le son, Nicolas Moulin travaille toujours l’architecture et l’environnement urbains avec un regard singulier. Le bâtiment est pour lui «une image en trois dimensions de la mythologie», on ne s’étonnera donc pas que ses travaux nous révèlent l’essence de l’homme contemporain.

Communiqué de presse
Nicolas Moulin
Blanklümdermilq

En février 2009, grâce à une subvention de la Luverhulme Trust, Nicolas Moulin commença une résidence artistique à l’Université de Sheffield (Grande-Bretagne). L’exposition à la Site Gallery est sa première exposition personnelle en Grande-Bretagne.

Moulin — dont le travail comprend la vidéo, la photographie,  la sculpture et le son — est fasciné par les mondes étranges (voir les paysages désertés de Novomonde ou ViderParis, cette série de photographies en grand format de rues parisiennes apparemment familières mais dans lesquelles les rez-de-chaussées sont couverts de béton, les rues vidées de toute circulation…).  S’intéressant toujours à l’environnement et à l’architecture urbains, aux façons dont la population urbaine est conditionnée et manipulée par le bâti, Moulin continue dans cette exposition de développer son idée de la ville comme mode de vie : «un bâtiment est une sculpture utilitariste, c’est une image en 3 dimensions de la mythologie».

Dans cette exposition, une structure en néon, Blanklümderlicht et une série de photographies grand format seront exposées avec un film antérieur — Nachdatch, une projection de l’intérieur d’un blockhaus ou d’un bunker, percé de rayons de lumière et d’ombre. Se référant au paysage urbain de Sheffield, à ses bâtiments brutalistes (surtout Park Hill et le Moore Street Sub-Station), aux passages souterrains et aux passerelles en béton qui relient et divisent la ville, Moulin crée un paysage imaginaire pour le 21ème siècle.