ART | EXPO

Black and Blue

27 Oct - 24 Nov 2012
Vernissage le 27 Oct 2012

Depuis 2009, Willem de Rooij s’est inspiré de la polarité structurelle des métiers à tisser et en a fait le point de départ d’une réflexion autour du contraste et de la nuance. Ces toiles tissées visent à générer du sens, non par le biais de références extérieures, mais à travers le matériau utilisé pour leur création.

Willem de Rooij
Black and Blue

Pour cette exposition, Willem de Rooij propose quatre œuvres tissées à la main, ainsi qu’un tissu wax (en réserve de cire). Contrairement à la technique classique, celle utilisée pour les toiles consiste à entrecroiser différents fils de polyester synthétique.

Elaborées comme une seule et même installation, les cinq œuvres présentées ont recours à deux mêmes couleurs: le noir et le bleu.

L’apparente monochromie des toiles révèle une transition graduelle d’une couleur à une autre. Les modulations colorimétriques induisent un changement perpétuel dans la perception que le visiteur a des œuvres. Embrassées dans leur totalité, elles incarnent à la fois la similitude et la différence, l’individuel et le collectif.

Les toiles tissées présentées ici font partie intégrante d’une série plus large pour la réalisation de laquelle Willem de Rooij s’est contraint à utiliser un nombre restreint de couleurs et de formats. Les titres des toiles, souvent formés d’anagrammes autour des lieux ou personnes liés aux œuvres, ajoutent à la myriade d’échos existants au sein de cette série.

Produite spécialement pour cette exposition, l’œuvre Blue to Black renvoie aux anciennes routes coloniales et marchandes ainsi qu’aux flux migratoires entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe.

Au XIXe siècle, des entreprises néerlandaises ont entrepris l’industrialisation d’une technique traditionnelle indonésienne: le textile Batik. Alors que l’Indonésie résistait à cette production massive, de nouveaux marchés fleurissaient en Afrique de l’Ouest autour du tissu imprimé, désormais ancré dans la culture populaire. Blue to Black a été produite par la Ghana Textile Printing Company (GTP) à Tema. Appartenant à une entreprise néerlandaise, GTP se place dans la lignée de ces grandes structures coloniales encore actives aujourd’hui.

Au cours des cinq dernières années, la notion de «référencialité» ou les techniques permettant de passer outre les références extérieures sont devenues des éléments importants dans le travail de Willem de Rooij. Tout au long de sa carrière, l’artiste a analysé les conventions de présentation et de représentation et a évalué la tension entre des thématiques socio-politiques et la production d’images autonomes.

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par François Salmeron sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.

critique

Black and Blue