ART | EXPO

Bigger Than Life

18 Mar - 30 Avr 2010
Vernissage le 18 Mar 2010

Renaud Auguste-Dormeuil questionne la représentation de la figure humaine. Parmi les différentes séries d’oeuvres, c’est une figure humaine qui se cache, disparaît ou encore se révèle. Il souligne ainsi le caractère sociologique de la représentation, mettant en avant la question de la gloire et des drames de nos vies.

Renaud Auguste-Dormeuil
Bigger Than Life

Renaud Auguste-Dormeuil artiste français né en 1968 est connu pour son intérêt de la télésurveillance, des états de guerres et de leurs représentations dans leurs dimensions politiques.

Loin d’utiliser des images provocantes de ces problématiques, bien au contraire, il détourne des symboles et des icônes en renversant leurs valeurs symboliques contre elles-mêmes. Tels que les logos de compagnies aériennes dans la série «Global Fleet» montrée pour sa première exposition personnelle à la galerie en 2008.

Pour «Bigger Than Life», seconde exposition personnelle à la Galerie In situ/Fabienne Leclerc, Renaud Auguste-Dormeuil questionne la représentation de la figure humaine à travers un prisme social et politique. Parmi les différentes séries d’oeuvres, c’est une figure humaine qui se cache, disparaît ou encore se révèle. Dans cette démarche, il souligne le caractère sociologique de la représentation du genre humain, mettant en avant la question de la gloire et des drames de nos vies.

Cette exposition comprend entre autre une série intitulée «Les Ambitieux», projet photographique proposant un effacement radical de l’ego des grands hommes de notre histoire contemporaine. En opposition Renaud Auguste-Dormeuil présente également une série de photographies de corps étrangement enlacés dont la violence et la souffrance apparentes ne sont pas le résultat de coups portés.

En opposant les différents statuts symboliques qu’offrent ces images, Renaud Auguste-Dormeuil nous invite à repenser le rôle et la place du portrait, de la représentation humaine et ses conséquences sociales et psychologiques dans notre inconscient collectif.

critique

Bigger Than Life