ART | EXPO

Big Night (Remix)

04 Sep - 30 Oct 2010
Vernissage le 04 Sep 2010

La galerie Catherine Putman expose une série inédite de six xylographies éditées chacune à six variations de Georg Baselitz, pour qui la gravure est «une analyse complémentaire».

Communiqué de presse
Georg Baselitz
Big Night (Remix)

La galerie Catherine Putman, éditeur français de Georg Baselitz depuis 1997, dévoile «Big Night», une série inédite de six xylographies éditées chacune à six variations.

Lors de sa première exposition personnelle en 1963 à la galerie Werner & Katz à Berlin, Baselitz provoque un scandale et certaines de ses toiles sont confisquées pour indécence. Parmi elles, Die Grosse Nacht im Eimer (The Big Night Down The Drain) aujourd’hui conservée au Musée Ludwig de Cologne, portrait scabreux d’un garçon difforme pratiquant l’autoérotisme, identifié parfois comme Hitler, parfois comme le poète irlandais Brendan Behan.

De cette image libidineuse et outrageuse, Baselitz a tiré les gravures sur bois de la série «Big Night» présentées à l’occasion de l’exposition. En effet, il travaille depuis 2005 à ce qu’il appelle ses «Remix»: des relectures de ses œuvres de jeunesse, où il remet parfois en cause l’inversion de la figure qui caractérise son travail depuis 1969.

Véritable peintre-graveur, Georg Baselitz affirme sa volonté de conserver à la gravure sa pleine autonomie face à la peinture, la gravure en étant pour lui «une analyse complémentaire». L’artiste déclare à ce propos lors d’un entretien avec Rainer M. Mason: «J’ai fait des xylographies quand je ressentais la nécessité de donner une forme définitive à un tableau».

Il aime affronter physiquement les matériaux, et sa préférence pour l’eau-forte et la gravure sur bois n’est pas sans rapport avec son travail de sculpteur. Dans ces «Big Night», certaines parties sont l’objet de rabotages, de taillades. Les personnages surgissent de l’arrière-plan sombre grâce aux couleurs éclatantes de l’aquarelle que l’artiste a appliquée sur le papier avant la gravure. Thème et matériau expriment chacun l’idée ambivalente de la destruction face à la création.

Quelques aquarelles et une sélection de bois gravés d’autres «Remix» accompagneront cette présentation.