DESIGN | BIENNALE

Biennale Émergences

08 Oct - 11 Oct 2020
Vernissage le 08 Oct 2020

Au croisement des arts plastiques, du design, de l’artisanat d’art et de la mode, la Biennale Émergences interroge la façon de créer et de produire l’art à l’heure d’une crise écologique sans précédent. Réunies sous la thématique « Ressources », ces œuvres de matières premières hybrides et intelligentes, s’inscrivent également dans le vaste champ de l’Histoire de l’art.

La sixième édition de la Biennale Émergences présente, au Centre national de la danse à Pantin, les travaux de plus de cent artistes français et internationaux, selon six grands axes: 1° Recyclage, détournement et réemploi ; 2° Savoir-faire, proximité et localité ;  3° Innovation, techniques et matériaux ; 4° Les formes : économie, optimisation et ressource ; 5° Environnement ; ainsi que 6° Hybridité, art et design. Permettant de mesurer l’ampleur des expériences menées par les artistes, ces axes se calquent plus largement sur les opérations mises en place par le territoire Est Ensemble depuis 2013 afin de soutenir les artisans d’art et les designers.

Des « Ressources » matérielles…

Artistiques, les objets exposés sont aussi politiques. Les commissaires de la biennale – Frédéric Bouchet et Didier Courbot – défendent en effet une « sélection engagée », dont les réalisations traduisent nos habitudes, préoccupations et actions quotidiennes. Les vêtements (Claudia Hägeli, hägeli), les lampes (Jules Levasseur, Luminaires Y.T.K), les tables (Bina Baitel et Thomas Castella, Serpentine ; ou Sho Ota, Surface) et même la signalétique urbaine (Studio Canel Averna, Croix de Pharmacie) sont autant de référents utilitaires dont il convient de renouveler la fabrication et les usages comme d’une prise de conscience collective. Le visiteur pourra ainsi observer la rencontre de l’industriel et de l’artisanal, du manuel et du mécanique, de la tradition et des nouvelles technologies, ou encore, de l’éphémère et du durable au prisme des enjeux écologiques contemporains.

…aux « Ressources » historiques

Si les œuvres exposées témoignent de nos problématiques actuelles, celles-ci se révèlent d’autant plus subversives que les artistes s’inscrivent dans la lignée de différents mouvements et figures tutélaires de l’Histoire de l’art moderne. Tandis que les paysages brodés de Solenne Jolivet (Ressources) héritent des codes impressionnistes, le réemploi artistique d’objets manufacturés par Fraser McPhee ou Pierre Castignola (Copytopia) en appelle inévitablement aux ready-mades duchampiens. Non sans lien avec les investigations conceptuelles, Henri Frachon choisit, quant à lui ,de travailler le trou – et pour ainsi dire le vide – à contresens de sa propre pratique du matériau et de notre existence matérialiste.