ART | EXPO

Biennale de Melle. Toujours la vie invente

04 Juil - 27 Sep 2015
Vernissage le 11 Juil 2015

Avec «Toujours la vie invente», Gilles Clément nous introduit au cœur d’une pensée visionnaire fondée sur une écologie humaniste expérimentée depuis 1977 dans son jardin en mouvement dans La Vallée de la Creuse. Cette exposition évolutive retrace le parcours de ce créateur hors norme et nous livre le portrait d’un jardinier artiste du vivant.

Gilles Clément
Biennale de Melle. Toujours la vie invente — carte blanche à Gilles Clément

En 2006, Gilles Clément était invité à Melle pour découvrir la ville et y créer une œuvre dans le cadre de la IIIe Biennale internationale d’art contemporain «Eau, air, terre: la sagesse du jardinier». En 2007, le premier jardin politique, de résistance de Gilles Clément voyait le jour à Melle, «Jardin d’eau, Jardin d’orties», un jardin pour protéger le bien commun de la marchandisation du vivant.

Lors de Biennale 2009, 2011 et 2013, de nouveaux projets ont vu le jour avec Gilles Clément.

Cette année, l’exposition «Toujours la vie invente — carte blanche à Gilles Clément» au Temple de Melle retrace le parcours de ce créateur hors norme et nous livre le portrait d’un jardinier artiste du vivant. Avec «Toujours la vie invente», Gilles Clément nous introduit au cœur d’une pensée visionnaire fondée sur une écologie humaniste expérimentée depuis 1977 dans son jardin en mouvement dans La Vallée de la Creuse, qui a donné trois concepts-clés: le Jardin en mouvement, le Jardin planétaire, le Tiers-paysage. Une pensée axée sur de grands principes: «Observer avant d’agir», «Faire le plus possible avec la nature, le moins possible contre», «Ne plus se placer au-dessus de la Nature, mais dedans et avec», «Expérimenter des politiques nouvelles de gestion territoriales et sociétales».

Cartographie de voyages, livres, dessins, photographies, vidéos, collections naturalistes permettent d’approcher les fondements de l’action du jardinier-paysagiste-entomologue-botaniste-écrivain et le rôle de l’homme-jardinier qui revient à chacun «sur le territoire fini du Jardin planétaire en ce début de siècle où le peuple de la Terre joue son avenir».

Le Jardin en mouvement est révélé par la pratique du jardinage (tout en la redéfinissant), et désigne une manière d’accompagner et d’orienter la libre croissance des plantes en usant notamment de l’observation attentive de leur comportement naturel.

Le Jardin planétaire offre une perception de la diversité naturelle et culturelle à travers les voyages, renvoyant à l’idée d’une planète Terre comparable à l’espace clos du jardin qui réclame, de fait, les mêmes attentions par l’Homme-jardinier.

Le Tiers-paysage est le lieu d’accueil de la biodiversité, il révèle la richesse des espaces négligés ou inexploités par une «analyse paysagère privilégiant leur biodiversité et non leur seule forme».

«Toujours la vie invente» est une exposition évolutive créée en 2013 au Prieuré de Saint-Benoît-du-Sault, puis à l’Abbaye de Noirlac en 2014.

AUTRES EVENEMENTS ART