DANSE | BIENNALE

Faits (fragments de l’Iliade). Biennale de danse de Lyon

08 Sep - 11 Sep 2014
Vernissage le 08 Sep 2014

Installation-performance, inspirée par la fin de l’oeuvre d’Homère, Faits (fragments de l’Iliade) expérimente un dispositif scénographique rude et mystérieux, à la fois minéral et éthéré. Faisant évoluer comédiens et danseurs au cœur d’une scène ouverte, il y travaille la rencontre comme danse, la rivalité comme langage gestuel.

Daniel Jeanneteau
Faits (fragments de l’Iliade)

Dans un univers ocre, minéral et apocalyptique, Daniel Jeanneteau a imaginé un dispositif exceptionnel. Le danseur et les comédiens se déplacent dans une immense plaine embrumée, au milieu de blocs de béton et de tas de gravats. Le public et l’action évoluent au cœur de cette zone de combat. Le metteur en scène a choisi ce passage de l’Iliade, lorsque Homère fait se rencontrer Priam et Achille: un vieillard et un jeune homme, deux opposés, deux ennemis maximums. Pour faire ressortir l’intimité et la poésie de cette rencontre, il utilise en contrepoids la violence du texte pour décrire l’action des armes sur le corps. Dans cet échange complexe de gestes et de mots émerge une forme de danse.

“A la toute fin de l’Iliade, Homère fait se rencontrer Priam et Achille. Un vieillard et un jeune homme. Les deux ennemis maximums. C’est la tombée du jour, Priam traverse le paysage avec un âne. Il vient chercher le corps de son fils dans la tente d’Achille. Nul ne le voit venir, à l’abri de son âge, insignifiant. Il n’a pas mangé depuis la mort d’Hector. Il n’a pas dormi non plus. Cela fait onze jours. Achille le découvre à ses genoux, le relève avec stupeur. Pendant un instant, protégés par le sommeil de toute une armée, deux êtres se regardent. Rien ne les rattache plus aux lois extérieures, aux haines apprises. Ils inventent un moment qui n’est qu’à eux, fait d’admiration et de larmes. Des siècles de fureur machinale se précipitent dans leurs regards brûlés, et s’éteignent: en eux, l’espèce se reconnaît. Ils se taisent, se regardent, mangent, dorment. Leur insignifiance commune représente l’exact contrepoids de tout le tumulte qui a précédé.”
Daniel Jeanneteau

La totalité du spectacle se déroule debout
(à l’exception des personnes à mobilité réduite)

Conception, mise en scène: Daniel Jeanneteau
Danseur: Thibault Lac
Comédiens: Gilbert Caillat, Laurent Poitrenaux, avec la participation de Manuel Guiyoule
Lumière: Anne Vaglio
Son: Isabelle Surel
Assistant: Damien Schahmaneche
D’après la traduction de l’Iliade par: Frédéric Mugler, éditions Babel – Actes Sud

Dans le cadre de «Fragments d’Homère», un programme des Subsistances pour la Biennale de danse de Lyon