ART | EXPO

Sans repentir

29 Mai - 26 Août 2019

L’exposition « Sans repentir » au Centre Pompidou, à Paris, retrace la carrière du peintre Bernard Frize, figure incontournable de l’art contemporain international. A travers une soixantaine d’œuvres, des tableaux de ses débuts à ses réalisations les plus récentes, est explorée une démarche atypique qui ne cesse, à travers la contrainte et le hasard, de nourrir une réflexion sur les enjeux du médium pictural.

L’exposition « Sans repentir » au Centre Pompidou de Paris, réunit une soixantaine d’œuvres de Bernard Frize, peintre français qui occupe une place majeure sur la scène artistique internationale. De ses débuts avec les tableaux de la série st 77 à ses plus récentes réalisations, l’exposition met en lumière les multiples facettes de la démarche de l’artiste selon un parcours thématique libre, dont l’absence de hiérarchie et de direction rompt avec l’approche sérielle qui a marqué l’ensemble de son œuvre.

« Sans repentir » : la carrière de Bernard Frize retracée au Centre Pompidou

Le dispositif original de l’exposition, conçu en étroite collaboration avec Bernard Frize, fait pénétrer le visiteur dans l’acte même de création, en montrant quelles stratégies et interrogations intellectuelles sous-tendent la pratique du peintre. Le parcours, volontairement paradoxal, est construit autour de six thèmes : « Avec déraison », « Sans effort », « Avec système », « Sans système », « Avec maîtrise » et « Sans arrêt ». Elle suit les paradoxes qui nourrissent le travail de Bernard Frize qui, depuis plus de quarante ans, développe un œuvre guidé par les contraintes.

Bernard Frize, une peinture entre protocole et hasard

Les tableaux de Bernard Frize sont en effet à la fois les fruits de systèmes préétablis et ceux de leur abolition par des effets aléatoires. Ils ont fil directeur un questionnement incessant sur la pratique picturale, sur ses enjeux et sur le rôle du peintre. Pour Bernard Frize, ses œuvres ne sont pas l’expression d’un « moi créateur » mais le résultat de l’application, comme le ferait un ouvrier, d’un protocole formel impersonnel qu’il a préalablement fixé. Cependant, ces systèmes aboutissent parfois à un résultat absurde qui est le fruit du hasard, la réalité détruisant finalement le système. Bernard Frize explique : « Mon travail fixe des conditions dans lesquelles le hasard pourra intervenir ».

Chez Bernard Frize , le processus prime sur le résultat

La série st 77 réalisée en 1977 ouvre l’exposition en soulignant l’importance de la déraison dans la démarche de Bernard Frize : la surface des toiles y est simplement couverte d’un maillage de traits colorés horizontaux et verticaux. La série Suite Segond de 1980 est aussi marquée par la supériorité du processus sur le résultat. Juxtaposant sur la toile des pellicules de peinture séchée sur les pots de non fermés, elle introduit une nouvelle dimension essentielle dans la pratique de Bernard Frize : le hasard. On retrouve un mode opératoire soumis à un règlement préalable avec son tableau le plus récent, LedZ, qui est construit sur les antagonismes de surfaces horizontales et verticales. L’exposition présente également un aspect moins connu de son travail où priment les peintures abstraites, conceptuelles et sérielles, en montrant les éléments figuratifs qu’il a abordés dès les années 1980.