ART | EXPO

Beneath the Surface are the Same Internal Organs as Everyone Else

05 Juin - 29 Août 2016
Vernissage le 04 Juin 2016

Emmanuelle Lainé présente l’exposition «Beneath the Surface» sur les lieux mêmes de sa résidence à la Villa Arson, à Nice. Dans un esprit d’expérimentation, elle met en abîme le lieu, les objets qu’elle a déposés ou créés, et les événements qui se sont déroulés. Par la sculpture, l’installation, la photographie et la vidéo, elle poursuit son travail de décloisonnement de l’espace, de passe-surfaces.

Emmanuelle Lainé
Beneath the Surface are the Same Internal Organs as Everyone Else

Au cours des derniers mois, Emmanuelle Lainé a été en résidence à la Villa Arson, à Nice,  où elle a occupé la galerie du Patio. L’exposition «Beneath the Surface are the Same Internal Organs as Everyone Else» est le résultat de la façon dont elle s’est emparée du lieu, dont elle a entassé des objets, réalisé des sculptures, des photographies et, pour la première fois, des vidéos. Emmanuelle Lainé interroge les illusions de la perception et les décloisonnements de l’espace.

La démarche entièrement expérimentale traite l’atelier comme un chantier et  l’espace même de l’exposition. La frontière entre l’exposition et l’atelier est abolie.
La matière de l’exposition s’est mise en place dès le début de la résidence. Emmanuelle Lainé a installé son atelier au sein de la galerie du Patio pour superposer l’espace de production et celui d’exposition. Elle a organisé des sessions de travail avec des étudiants, reçu des visiteurs et travaillé chaque jour en  entreposant peu à peu divers objets et matériaux. Ainsi l’espace s’est transformé au fil du temps, par des effets de stratification et d‘agglomération. Tout ce qui se trouve ou se produit dans l’atelier, qu’il soit provoqué ou non, devient ainsi un élément du dispositif.

L’unique hôte permanent du lieu, un immense cyprès planté dans la petite cour intérieure qu’entoure la galerie, est lui partie prenante de l’exposition. Tandis que les sculptures en plâtre d’une tente et d’un matelas témoignent de la présence de ces deux objets dans l’atelier à un moment du processus.
De façon empirique, Emmanuelle Lainé a suivi les évolutions de l’espace et les a enregistrées en vidéo. L’ouverture des fenêtres auparavant occultées, le remplacement des néons au profit de la lumière naturelle, les travaux de réouverture du patio, la démolition de la baie, etc.: tout a été filmé.

Dans une mise en abîme, tout ce qui a occupé l’espace de la galerie est présenté sous forme de grandes photographies posées contre les murs, avec des vues d’autres galeries de la Villa Arson, mais aussi de la mer ou de jardins voisins. Ce qui perturbe notre perception du lieu.

Vernissage
Samedi 4 juin 2016, 18h.