ART | EXPO

Bat-Breath. Battery

05 Sep - 10 Oct 2015
Vernissage le 05 Sep 2015

La pratique sculpturale de David Douard est un territoire d'hybridation. Entre l'organique et la machine, le vivant et l'artefact, le corps et l'esprit, la nature et la culture, le sujet et l'objet, ou encore le masculin et le féminin, l'exposition toute entière est parcourue par des glissements de sens.

David Douard
Bat-Breath. Battery

Détraquée, l’usine de David Douard se nourrit d’un flux poétique qui contamine les formes qu’elle recycle, puis qu’elle recrache dans l’espace d’exposition. S’étant intéressé de près au Lettrisme, David Douard connaît le potentiel disruptif d’une déstructuration sémantique. Son travail de sculpteur est traversé en continu par le langage, considérant le principe poétique comme un code corrompu, un virus informatique dont le potentiel d’altération viendrait reconfigurer la matière à la manière du glitch, télescopage accidentel de sons ou d’images qui s’opère à la faveur d’un dysfonctionnement informatique.

La pratique sculpturale — reformulée selon des problèmes d’ingénierie de la communication — devient dès lors un territoire d’hybridation, un univers au sein duquel biologie et sciences de la communication sont soumises aux mêmes virus, où toute hétérogénéité peut être confrontée au démantèlement, au réassemblage, à l’investissement et à l’échange.

Avec ce programme, David Douard dévoile et détourne les processus de transfusion qui relient les catégories biologiques, technologiques, politiques, mythologiques et identitaires au sein du capitalisme avancé — comme s’il existait un cousinage implicite entre les formes produites dans son atelier et la figure théorique hybride du cyborg, telle que Donna Haraway a pu la décrire dans les années 1980 pour étayer son cyberféminisme.

Dans l’exposition «Bat-Breath. Battery», les éprouvettes de laboratoire deviennent des pipes à eau pour inhaler des drogues, des bouches grimaçantes crachent de la connectique, les effets de textures s’entremêlent, des chevelures ondoient sous les surfaces de synthèse.

Entre l’organique et la machine, le vivant et l’artefact, le corps et l’esprit, la nature et la culture, le sujet et l’objet, ou encore le masculin et le féminin, l’exposition toute entière est parcourue par des glissements de sens, des translations qui outrepassent ces dualités périmées du modernisme.

Le cœur de l’exposition est lui-même désaxé puisque l’espace de la galerie n’est que le récepteur d’une station de radio que David Douard diffuse depuis internet. Sa mission est d’émettre en continu des poèmes lus et malmenés par la chanteuse Pricilla Ay Avah dont la bouche est entravée par un curieux bijoux, mi-mors, mi-dentier.

L’exposition s’envisage comme un salon d’écoute au sein duquel le flux poétique retransmis devient alors souffle, fumée, salive, ondes, fréquences, au service d’une pratique de la propagation et du décentrement. A l’image des photographies de spirites exhalant des substances blanchâtres en vogue au XIXème siècle, David Douard produit un art ectoplasmique, selon l’étymologie (ektos: «au dehors»/plasma: «forme»), puisqu’il nous donne la possibilité de percevoir les fluides qui nous traversent et nous transforment.

Gallien Déjean