DANSE

Screenagers

29 Nov - 30 Nov 2019

Impossible de nier la transformation profonde que le numérique a provoquée dans nos vies professionnelles et intimes. Une part importante de notre quotidien se passe désormais en ligne. Mais quel impact sur notre imaginaire et notre créativité ? La pièce Screenagers explore le sujet en parlant de notre époque avec les ressources du XXIe siècle.

Fondée en 2008 par la danseuse croate Barbara Matijevic ainsi que par l’acteur et danseur italien Giuseppe Chico, la compagnie 1er Stratagème s’intéresse à la révolution numérique et son impact sur notre imaginaire et notre créativité, tout particulièrement liés au corps, à la représentation et à la narration. Internet représente ainsi la matrice de leur travail théâtral, chorégraphique et artistique. Parmi les six spectacles et performances qu’ils ont à leur actif, les trois derniers — Forecasting (2011), I’ve never done this before (2015), Our Daily Performance (2018) — exploraient notamment le potentiel artistique de la plateforme vidéo Youtube. Barbara Matijevic et Giuseppe Chico reviennent désormais avec la pièce Screenagers, dont le titre contracte les termes « screen » (écran) et « teenagers » (adolescents).

Screenagers, le buildungsroman d’Internet et de ses usagers

A la croisée de la danse, du concert et du stand up comédie, la pièce Screenagers se présente comme un récit d’apprentissage sur fond de révolution numérique, narrant l’histoire de Pierre-Erick Lefebvre, musicien, concepteur de jeux vidéo, programmeur, interprète multimédia et bricoleur. Il s’agit en quelque sorte d’un double buildungsroman : celui d’un personnage, dont on suit le parcours de l’enfance à l’âge adulte, et celui du Web lui-même, dont les évolutions technologiques accompagnent de façon décisive les étapes de la vie du protagoniste.

Le choix de ce genre narratif s’explique aussi par la volonté de toucher un public jeune. L’objectif de Barbara Matijevic et Giuseppe Chico était en effet de raviver leur propre créativité à l’aune de l’imaginaire des générations qui ont toujours baigné dans le numérique. Ils ont ainsi étudié les usages que les collégiens et lycéens font d’Internet. Le spectacle, qui est accessible aux enfants dès l’âge de 10 ans, propose sur scène une réflexion artistique distanciée : l’impact de cet outil du quotidien qu’est devenu Internet, sans pour autant tomber dans l’habituelle critique médiatique de ses travers.

Le XXIe siècle reflété sur scène via l’écran de Screenagers

Le spectacle reflète ainsi les spécificités du XXIe siècle, issues des nouvelles technologiques dominantes. Cette focale sur le numérique n’a rien d’anodine, car, selon le sociologue et philosophe américain Marshall McLuhan, toute progression technique influence le champ de nos sens. Nietzsche n’en pensait pas moins lorsque, à un ami lui ayant fait remarquer que son écriture était devenue plus « étroite et télégraphique » depuis qu’il utilisait une machine à écrire, il répondit : « Nos instruments d’écriture jouent un rôle dans la formation de nos pensées ». Barbara Matijevic et Giuseppe Chico développent ainsi dans Screenagers une esthétique et une sensibilité propres à l’ère numérique, et mettent au défi leurs disciplines de formation, la danse et le théâtre, à travers ce prisme.