ART | EXPO

Babysitting Petit Louis

29 Sep - 08 Oct 2009
Vernissage le 29 Oct 2009

Le Petit Louis dont parle Robyn Orlin n’est autre que la statue de notre roi soleil, point de départ d’un parcours à travers les salles du Louvre. Une déambulation en forme d’interrogation sur le rapport entre le musée, son public et ceux qui y travaillent.

Communiqué de presse
Robyn Orlin
Babysitting Petit Louis


Horaires : 19h et 21h30 le 29 septembre et le 6 octobre. 20h30 le 1er, 4, 5 et 8 octobre.
Durée : 1h15
Lieu : dans les salles du Louvre

— Mise en scène : Robyn Orlin

— Collaboration artistique : Emile Soulier 

— Vidéo : Philippe Lainé 

— Costumes : Olivier Bériot 

— Comédien : Gérard Bester
— 
Danseurs : Bérengère Bodin, Latifa Laâbissi, Nhlanhla Moses Mahlangu 

— Chanteur lyrique : Chaucey Packer

— Agents de l’équipe de surveillance du musée du Louvre : Olivier Beaussart, Henri Gwodog Biyong, Fatima Hemdane, Vanessa Michaut Valora, Raphaëlle Selles, Denis Toulmé, Frédéric Wor, Alain Moguerou

Avec Babysitting Petit Louis, la chorégraphe sud-africaine investit les salles du Musée du Louvre, inaugurant d’une pointe de cynisme le Festival d’automne à Paris.

Pour Robyn Orlin, l’art est indissociable de la construction d’un point de vue critique, en prise directe avec les contradictions de la société. Au croisement des cultures, des genres, son travail se place au point de friction des identités – comme en Afrique du sud, pays dont ses pièces scrutent les blessures depuis le début des années 1990.

Cherchant à exposer les différentes strates des lieux qu’elle investit, elle aborde avec le projet Babysitting un espace familier et pourtant mal connu : le musée. Lieu d’exposition, de conservation, d’histoire, c’est aussi le lieu de travail quotidien des agents qui surveillent les œuvres. « Demandez à un gardien ce qu’il déteste le plus ! Il vous répondra : indiquer où se trouvent les toilettes ». Initiée en 2002 à Berlin, cette série s’arrête cette fois-ci au musée du Louvre, et s’attache à quelques-uns de ces « babysitters » singuliers – interrogeant leur histoire, le rapport intime qu’ils entretiennent avec les œuvres qu’ils côtoient.


Aucun circuit n’est anodin chez Robyn Orlin : partant de la réduction d’une statue de Louis XIV, symbole de pouvoir, ironiquement renommée Petit Louis, les spectateurs suivent les gardiens dans les méandres du plus grand musée du monde. Accompagnés par des danseurs, des comédiens, ils nous invitent à une visite pleine de surprises, ouverte aux accidents de parcours. Entre le portrait, la déambulation, le spectacle, Babysitting Petit Louis est une œuvre atypique, qui pose sur cette institution séculaire un regard « tendre et critique ».