ART | EXPO

Aura: sois belle et tais-toi

19 Mai - 24 Juin 2006

Le travail de ce jeune vidéaste uruguayen, fortement influencé par le cinéma, le monde de la pop et les médias audiovisuels, s’inspire d’une Amérique latine en lutte avec la mondialisation et s’applique à critiquer les médias de masse.

Martin Sastre
Aura: sois belle et tais-toi

Fortement influencé par le cinéma, le monde de la pop et les médias audiovisuels, le travail de Martin Sastre déconstruit les différents concepts, clichés et icônes de la société de consommation. Il applique un regard sarcastique et décalé pour exprimer une vision hautement critique sur les médias de masse, lesquels sont à la fois l’origine et les catalyseurs de ses œuvres vidéos.

Ses vidéos, ses montages et ses bandes sons sont extrêmement élaborés et peuvent impressionner par leur professionnalisme alors que dans un même temps, ses images gardent un caractère «cheap», genre d’imitation «pauvre» ou de récupération directe mais «trash» d’images télévisuelles. Ce style et le contenu socio-politique de ses films sont naturellement inspirés par une Amérique latine en lutte avec la mondialisation sur laquelle il porte une vision tendrement ironique.

«The Iberoamerican trilogy» raconte l’histoire d’un artiste latino qui tente de s’imposer sur la scène artistique internationale. Sous la forme d’une hyperbole hallucinatoire, il nous raconte le futur de la planète en commençant par la chute d’Hollywood jusqu’à la création d’un nouvel ordre – l’axe d’Iberoamericain, le monde étant finalement nommé par son nom véritable: le Tiers monde. La trame de cette trilogie est les luttes politiques pour le pouvoir mondial et l’apologie grinçante de l’individualisme. Apparaissent dans cette trilogie des icônes de la culture du divertissement, de Tom Cruise en passant par Hello Kitty, jusqu’à à Mathew Barney à qui il paye au passage un hommage matiné de critique.

Martin Sastre porte ainsi un regard ironique sur la construction des rêves de masse dans un monde divisé. Il se moque carrément des adorations populaires dans sa vidéo Diana : The Rose Conspiracy, dont le script est basé sur l’histoire de la princesse Diana. Le scénario de cette vidéo se base sur un plan secret établi pour sauver Lady Di après la tentative de meurtre de 1997 et l’installer à Montevideo en Uruguay sous une nouvelle identité. La princesse vit désormais une vie tranquille et anonyme dans une «favela» en Urugay où elle donne des cours de yoga et de danse aux enfants de ses voisins. Elle a même un petit ami de 22 ans nommé Washington.

On est donc dans un monde ludique, fantasmagorique à limite du gag mais pourtant cette tragi-comédie, jouée selon le mode d’information télévisuelle, passe en revue toutes les manipulations médiatiques qui se jouent à chaque grand événement. Si Sastre arrive à nous faire sourire, voire rire, il nous rappelle du coin de l’œil l’enfer médiatique dont sa petite tête de diavolo incarne assez bien la notion d’une séduction «maligne» du monde d’aujourd’hui.

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Nicola Taylor sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.