ART | EXPO

Dobra Noc, Moja Kochana…

12 Oct - 07 Nov 2007

Audrey Armand propose une installation qui interroge la persistance des souvenirs, qui dresse un constat poétique et imagé d’un travail naturel de mémoire.

Audrey Armand
Dobra Noc, Moja Kochana…

Élève à l’École des beaux-arts de Paris, Audrey Armand développe son travail autour d’installations photographiques ou sonores, explorant son univers issu d’une éducation portée vers la foi, la recherche surnaturelle et la pratique religieuse dont elle parcours les idéaux, les représentations symboliques et les limites.

Elle sort diplômée des beaux-arts en 2003, et poursuit ses recherches à travers des oeuvres liées à son enfance. Ainsi, en 2006 elle passe plusieurs mois à se réimprégner de la maison de ses parents. Elle y interroge cet univers clos que fût la bulle familiale et le rapport au monde extérieur par l’observation et le décryptage de l’espace physique.

Dobra Noc, Moja Kochana …, est une installation qui interroge la persistance des souvenirs et leurs échos. Un constat imagé et poétique, épuré à l’extrême, où des éléments « survivants » d’un travail naturel de mémoire franchissent les filtres du temps.

Deux lits plantés dans le sol de craie poudreuse, répliques d’un lit d’enfant, oscillent entre l’image du sommeil et celle du repos éternel. Les objets blanchis dont les formes spectrales se découpent dans l’espace, semblent immaculés. Le blanc de l’amnésie, annonciateur, fige et porte le deuil.

Dans cette installation, les roses ont le coeur rouge vif, petits éclats parsemés de la vie jaillissante. Les roses font référence à l’imagerie de la Vierge.
Dialogue antagoniste entre la vie terrestre et le ciel. Comme sur l’image de ces ténèbres contrariées par le reflet de nuages intrusifs. Ces objets iconiques, petite récolte mémorielle de reliques, transmettent des clés du monde intérieur de l’artiste.

L’installation est accompagnée d’une pièce sonore évoquant, par la voix de sa grand-mère et un univers imagé, des souvenirs fictifs…

« Ma démarche naît d’un parcours trouble, dont je cherche à retracer les principaux jalons. Ma création relate le rapport conflictuel que j’entretiens avec une enfance très riche en mondes imaginaires et une nécessité d’apaisement face au réel. »

Dialogue paradoxal entre enfance bercée d’irrationnel et maturité salvatrice.

« Dans ma démarche artistique, suite à un travail d’enquête, je vais récolter les indices du trouble. Ainsi pour mon projet, après une longue investigation autour de la maison de mes parents, j’ai transposé des éléments récurrents de ce lieu (lit d’enfance, terre crayeuse, jardin, voix …) pour développer de nouvelles oeuvres (photographies, installations …).
J’ai alors imaginé que mon installation Dobra Noc, Moja Kochana … pouvait s’épanouir dans la Chapelle de l’Ancien Collège des Jésuites à Reims : la lumière opaline, la solitude et le froid du lieu pouvaient être des éléments révélateurs pour mon oeuvre.
Réaliser cette oeuvre sous forme d’installation représente pour moi un développement concret de mon travail visuel, et propose au spectateur une nouvelle compréhension de mes recherches par la présence physique (installation dans l’espace et diffusion sonore). »