ART | PRIX

Audi Talents Awards. 2e édition: Wilfrid Almendra, lauréat de l’art contemporain

Soirée fastueuse à l’espace Grande Arche de la Défense pour la seconde édition des Audi Talents Awards : le patronage de Jacques Weber, Pierre Lescure en maître de cérémonie, l’animatrice Isabelle Giordano en présidente de jury, quelques « people » (Vicente Lizarazu, François Berléand…) et près de deux cents convives attablés.

Par Paul Bernard

Les Audi Talents Awards, c’est la volonté de la marque automobile en pleine croissance d’investir dans le mécénat de projet culturel et artistique. C’est aussi l’ambition de ne pas seulement allouer une bourse mais d’assurer une sélection légitime des candidats autant qu’un suivi de chacun des lauréats. Au départ, trois cent quarante sept dossiers de candidatures pour les quatre catégories proposées (musique, innovation sportive, design industriel et art contemporain) et enfin quatre nominés dans chacune des catégories. Enfin en juillet dernier, quatre jurys d’expert ont procédé aux auditions et aux sélections des candidats.

Hier soir au cours du dîner de gala, entrecoupé par de remarquables « tableaux dansés » du Ballet Prejlocaj sur une musique originale de Nathaniel Méchaly, jouée en direct par vingt-cinq musiciens, Isabelle Giordano a eu le plaisir de remettre le prix du design industriel à Benjamin Graindorge, jeune créateur qui présentait ici plusieurs projets de meubles qui rempruntent leurs formes aux éléments de la nature (nuage, roche, arbre…).

Enfin c’est le sculpteur et designer Wilfrid Almendra qui a été désigné lauréat des Audi Talents Awars. Formé aux Beaux-Arts de Lisbonne, Manchester et Rennes, Wilfrid Almendra travaille sur l’hybridation des matières. Refusant le qualificatif de kitsch, son univers très coloré emprunte ses formes à la nature et au rock, dans un constant détournement des objets quotidiens, dans des sculptures de grande dimension. Un choix justifié du jury dans la mesure où les travaux des trois autres nominés (Morgane Tschiember, Elizabeth Ballet et Jean Bedez) semblaient faire preuve de moins de maturité dans leurs formes, mais de belles promesses tout de même pour la prochaine  « moisson » de talents du mécénat Audi.