ART | EXPO

Au-delà du décor. Le roman d’une façade

30 Mai - 12 Oct 2015
Vernissage le 30 Mai 2015

Conçue pour un large public, l'exposition présente de manière ludique l'histoire de la façade principale du musée depuis sa conception en 1954 jusqu’à ses différentes phases de restauration. L’œuvre monumentale qui la décore, reprend un projet inachevé de Fernand Léger commandé par la Ville de Hanovre et initialement prévu pour le nouveau stade vélodrome.

Fernand Léger
Au-delà du décor. Le roman d’une façade

La restauration de la façade principale du musée Léger en 2015 est l’occasion de relater l’histoire originale de l’œuvre monumentale qui la décore, depuis sa conception en 1954 pour un stade allemand jusqu’à la prouesse technique que représente la restauration actuelle.

À partir de 1949, Fernand Léger entame une production de bas-reliefs et de sculptures en céramique dans l’atelier de Roland et Claude Brice situé à Biot. Quelques mois avant sa mort en 1955, il acquiert une propriété au pied du village de Biot, le mas Saint-André en vue d’installer dans les jardins de grandes sculptures polychromes en céramique qu’il a alors en projet. C’est sur ce terrain que sa veuve Nadia Léger et Georges Bauquier, ami et assistant de Fernand Léger, décident d’édifier, entre 1957 et 1960, un musée dédié à l’artiste. Ils confient à l’architecte André Svetchine la construction du musée. Pour orner sa façade principale, ils lui demandent d’adapter un projet inachevé de Léger commandé par la Ville de Hanovre en Allemagne et initialement prévu pour le nouveau stade vélodrome. C’est donc finalement à Biot que ce projet verra le jour.

Le musée Fernand Léger est inauguré le 13 mai 1960, il s’agit du premier musée d’art moderne construit sur la Côte d’Azur. Sa réception comme un bâtiment fonctionnel et exceptionnel est célébrée par la presse nationale et internationale. En 1969, les fondateurs du musée, Nadia Léger et Georges Bauquier font donation à l’Etat français du musée prestigieux, du terrain aménagé en un parc méditerranéen et d’une collection riche de plus de trois cents œuvres choisies pour relater l’importance de la carrière du peintre dans l’art du XXème siècle. C’est André Malraux, ministre de la culture, qui reçoit sur place les clés du musée Fernand Léger, marquant ainsi que le musée devient un musée national.

L’architecture du musée est simple et efficace. Le bâtiment est conçu comme un support destiné à recevoir un décor monumental dans la partie supérieure de sa façade principale. Cette décoration monumentale unique de 395 mètres carrés est réalisée en mosaïque et complétée de deux hauts-reliefs en céramique. Très graphique, la mosaïque polychrome réalisée par Lino et Heidi Melano associés à Luigi Guardigli constitue un fond abstrait coloré en tesselles de trois à cinq centimètres de côté. Au gré de la journée et différemment, selon l’ensoleillement, les tesselles en pâte de verre colorées scintillent de mille feux. Sur ce fond lumineux polychrome s’intègrent deux hauts-reliefs de céramique blanche émaillée dont les motifs, soulignés en noir, ont été réalisés dans l’atelier de Roland Brice à Biot. Interprètes hors pair des esquisses réalisées par Léger pour le stade d’Hanovre, les mosaïstes et les céramistes ont accomplis à l’époque une prouesse technique. L’évocation du sport (jeu de ballon et vélo) dans les deux fresques en émail blanc et noir sur la mosaïque très colorée relate le plaisir, la joie de vivre.

En étroite collaboration avec l’architecte André Svetchine, le paysagiste Henri Fisch a renforcé le contraste entre la verdure végétale et les couleurs éclatantes de l’œuvre monumentale. Volontairement sobre, le parc planté d’essences méditerranéennes est, en toute saison, une promenade ombragée très agréable qui offre de multiples points de vue sur le musée et la sculpture monumentale de Fernand Léger, Le Jardin d’enfants. Labellisé Patrimoine du XXe siècle par le Ministère de la Culture et de la Communication en 2001, le bâtiment est l’un des rares exemples visible de l’esthétique décorative monumentale de Fernand Léger. Tel un signal visuel, la façade semble appeler le public et l’inviter à vivre l’expérience de la peinture dans l’espace public, un fond de scène coloré pour des activités conviviales de plein air.

Les grandes dimensions de la façade de presque 400 mètres carrés, son orientation plein sud et l’interaction entre les différents matériaux la composant sont responsables des dégradations et altérations constatées dès les années 1970 (décollement d’éléments, fissuration des céramiques, chute de certains éléments). A la fin des années quatre-vingt-dix, les céramiques ont dû être mises sous filet en raison de leur état. Après de nombreuses études, un chantier de restauration a pu être programmé. Cette restauration est confiée en 2013 à l’agence Pierre-Antoine Gatier, architecte en Chef des Monuments Historiques et a commencé en 2014. Ce chantier ambitieux représente autant que la réalisation initiale une véritable prouesse technique.

Il s’achèvera en juillet 2015. Les travaux ont été confiés à l’entreprise Socra, spécialisée dans la restauration de monuments historiques. Le chantier implique d’abord la dépose par sciage des 413 modules en céramiques. Après restauration en atelier de chaque céramique (et réfection à neuf de 16 modules non restaurables), chaque module est remonté sur un nouveau support en nid d’abeille puis accroché sur un rail sur la façade. Le coût total des travaux est de 343 773 euros.

Conçue pour un large public, l’exposition présente de manière ludique l’histoire de cette façade décorative. Des tables tactiles permettent une compréhension visuelle et sensuelle des matériaux et de leur mise en œuvre pour la façade. Les étapes de la restauration sont présentées au moyen d’images 3D, de photographies du chantier et d’entretiens filmés avec les professionnels tels que les architectes, les restaurateurs et le personnel scientifique du musée. Enfin, la parole est donnée aux visiteurs de tous âges ainsi qu’à 5 artistes (Max Charvolen, Martin Miguel, Noël Dolla, Jean-Paul van Lith, Emmanuelle Villard). Le regard libre qu’ils portent sur l’œuvre monumentale de Fernand Léger aujourd’hui rénovée permet d’en révéler la modernité et la poésie.

Commissariat

Anne Dopffer, Diana Gay et Nelly Maillard

Vernissage
Samedi 30 mai 2015 à 11h