DANSE | SPECTACLE

AsfixiA

15 Fév - 15 Fév 2012

AsfixiA s’inspire d’un événement politique et sensationnel pour révéler l’empreinte fantasmatique que des images médiatiques peuvent inscrire en nous et dans l’inconscient collectif.

Guillaume Marie
Asfixia

Pièce pour trois danseuses/actrices et un musicien de dark-ambient,
Le rôle des femmes soldats ayant torturé sexuellement des prisonniers à Abou Ghraib est devenu le point de référence initial, notre intention n’étant pas de construire un argument critique sur l’aspect politique de cet événement mais plutôt d’oser poser des questions a priori inconfortables: pouvons-nous, en tant qu’artistes, nous autoriser à nous inspirer du spectacle de l’horreur?
Par ce geste, pouvons-nous provoquer, affecter et séduire le public?
Enfin, quelles sont les conséquences éthiques et existentielles d’un tel procédé?

Production Tazcorp/ Coproductions Ballet de l’Opéra national du Rhin Accueil studio, Centre national de danse contemporaine d’Angers – Accueil studio, Centre de Développement Chorégraphique de Toulouse-Midi Pyrénées Avec le soutien de l’ADAMI, la DRAC Ile de France-Ministère de la culture au titre de l’aide au projet, la Fondation Bleustein Blanchet-Bourse à la vocation, la Fondation de France-Bourse Déclics Jeunes, la Fondation Beaumarchais-SACD, Emmetrop/Bourges En partenariat avec la Ville de Strasbourg, Micadanses/Paris-Résidences mensuelles, le CND/Pantin, Danse-Dense/Pantin pour le prêt de studio

Guillaume Marie fait ses études de danse classique à l’Ecole de Danse de L’opéra de Paris puis au CNSM de Paris. En tant qu’interprète, il a travaillé avec Maryse Delente et des chorégraphes hollandais (Itzik Galili, Susy Blok…). En 2003, il rencontre Jan Fabre et joue dans Je suis sang. Parallèlement, il collabore avec les chorégraphes Thierry Smits, Claudio Bernardo, Hervé Koubi, Guilherme Botelho. En 2006, il rencontre Gisèle Vienne et danse dans Kindertotenlieder et Showroomdummies. Il participe en 2007 à la performance de Jonathan Capdevielle Jonathan’s covering. Parallèlement à ses activités d’interprète, il fonde Tazcorp avec Cédrick Debeuf en 2005. Son travail, au croisement de plusieurs disciplines, questionne l’Humain, son cadre social, ses fantasmes et ses incohérences. Plus particulièrement, Guillaume s’inspire de fait divers célèbres à forte charge symbolique. Il aime les mettre en relation avec le corps pour les questionner et pour travailler une matière abstraite où symboles, réalités et fictions s’articulent dans un canevas dramaturgique. Son travail, très plastique, se construit en étroite collaboration avec les différents artistes et intervenants qui l’entourent. En 2005, Cracking your smile; 2006, We are accidents waiting to happen, une performance créée en collaboration avec Jonathan Capdevielle; en 2007, 26th of October, Barcelona 2007, performance danse/théâtre/vidéo/internet créée en collaboration avec Maria Stamenkovic-Herranz. En 2008: Trigger, duo créé avec Maria Stamenkovic-Herranz, théâtre Lliure, Barcelone. 2010, Nancy, une installation pour une danseuse, un musicien et une maquilleuse, Teatro de la laboral, Gijon 2011, 27 janvier 2011 Intrusion, une performance in situ pour deux danseuses et un musicien créée au Musée d’art moderne de Strasbourg 2011, Asfixia, une pièce pour trois danseuses/actrices et un musicien. Guillaume a également réalisé deux courts-métrages.

critique

AsfixiA