ART | EXPO

Territoires

13 Mar - 21 Avr 2018
Vernissage le 13 Mar 2018

L’exposition « Territoires » à L’H du Siège, à Valenciennes, réunit des peintures et des dessins d’Anne Tastemain où l’abstraction géométrique se fait l’écho d’une figuration en épousant les variations du paysage, tout en renvoyant à la pratique du peintre et à sa confrontation avec la matière.

L’exposition « Territoires » à L’H du Siège, à Valenciennes, présente des peintures et dessins d’Anne Tastemain, des abstractions géométriques qui sont autant représentation du paysage que de la peinture elle-même.

« Territoires » : quand l’abstraction géométrique évoque les paysages

Le titre de l’exposition, « Territoires », souligne la relation qu’entretiennent la peinture et le dessin d’Anne Tastemain avec le paysage. Une relation également affirmée par les titres de ses compositions géométriques et abstraites faites de carrés et de rectangles, de lignes et d’aplats monochromes : Territoire, Frondaison, Paysage aléatoire… Réalisées dans un atelier dont les larges baies s’ouvrent sur l’extérieur, ces œuvres sont marquées par l’influence du temps et des saisons.

La pratique picturale d’Anne Tastemain repose sur un patient travail de reprise des toiles entamées au long des mois et parfois des années, l’artiste ajoutant peu à peu des couches successives qui recouvrent les précédentes sans les effacer complètement. Les traces demeurant visibles en transparences des couleurs antérieures témoignent du temps long de la réalisation des tableaux, comme le changement des saisons fait varier les paysages sans les transformer complètement.

La peinture d’Anne Tastemain renvoie à la confrontation du peintre avec la matière

Au-delà de la représentation du paysage, l’abstraction picturale d’Anne Tastemain est une représentation de la peinture elle-même et renvoie à la pratique du peintre et à sa confrontation avec la matière. S’inscrivant dans la remise en question du support effectuée par les peintres du siècle dernier, Anne Tastemain se libère de la contrainte du cadre, des limites de la toile et de la matérialité du châssis en déterminant son propre espace par des bandes qui ceinturent la plupart de ses toiles ou encore dans des diptyques et polyptyques où des cernes tracés sur les toiles semblent encadrer chaque élément de ces espaces picturaux fragmentés.