ART | EXPO COLLECTIVE

Anne-Marie Jugnet et Alain Clairet

24 Oct - 16 Déc 2006
Vernissage le 21 Oct 2006

Anne-Marie Jugnet et Alain Clairet présentent de nouvelles séries d’œuvres, peintures et sculptures : Nuages, Sunsets, Lignes de partage du ciel témoignent de leur attrait pour le paysage et a fortiori, les couleurs et les formes.

Communiqué de presse
Alain Clairet, Anne-Marie Jugnet
Anne-Marie Jugnet et Alain Clairet

À la suite de nos peintures d’écran, dont certaines étaient intitulées «Santa Fe», nous avons décidé de vivre sur le territoire de nos peintures. Passant de l’univers cathodique à l’espace qui nous entoure, interrogeant de nouveau les systèmes de représentation, nous entendons réinvestir la question du paysage au travers de sculptures («Nuages») et de nouvelles peintures («Sunsets», «Lignes de partage du ciel»).

Les sunsets parlent de couleurs et les nuages de formes. Aujourd’hui le ciel est ce nouvel écran où viennent s’inscrire d’autres motifs fugitifs et impalpables. Allant de la lumière vers la forme, comme hier dans nos peintures d’écran, de l’image à la lumière. Notre point de vue est ici interstitiel, comme il l’était précédemment: entre la carte et le territoire, entre la carte et le paysage.

En nous installant dans le désert américain, nous avons souhaité envisager le paysage non plus par le voyage, de motels en motels, comme dans nos peintures d’écran, mais d’un point fixe en restant à observer les variations lumineuses du ciel, et le passage des nuages. Nous avons commencé par réaliser de nombreuses aquarelles de petit format, formées de bandes de couleurs : un jour, un sunset. Puis, nous détachant de plus en plus de l’observation, nous avons alors brossé de grandes peintures acryliques. Les deux premières nous ont permis de situer le cadre de notre recherche. En effet, l’une nous paraissait suffisamment ambiguë pour avoir l’apparence de l’abstraction géométrique, l’autre, plus lyrique, nous semblait de l’ordre du paysage. C’est dans la dialectique de ces deux propositions que nous avons voulu nous engager.

«S’il n’y avait dans l’œil quelque chose du soleil, jamais il ne le verrait», Goethe cité par Aby Warburg.

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Klaus Speidel sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.

critique

Jugnet + Clairet