DANSE | SPECTACLE

Unsichtbarst ²

16 Avr - 17 Avr 2019

Solo procédural, depuis sa création en 1998 la chorégraphe et danseuse Anna Huber n'a jamais vraiment cessé de rejouer Unsichtbarst. Soit une pièce qui explore, par la danse, l'apparition du Soi comme sa disparition. Et en 2019, Anna Huber tourne, encore et encore, avec Unsichtbarst ².

C’est en 1998 que la chorégraphe et danseuse suisse Anna Huber présente la première de son solo Unsichtbarst, à Berlin. Vingt ans plus tard, en 2018, elle le reprend et l’augmente de deux décennies de maturation. Livrant ainsi Unsichtbarst ². En allemand, unsichtbar est un adjectif qui signifie invisible. En ajoutant ‘st’ à la fin, le mot devient un néologisme en forme de superlatif germano-anglais. Ce qui est le plus invisible. Porté au carré, Unsichtbarst ² promet ainsi une exploration particulièrement poussée du spéculaire. Car Unsichtbarst (1998) est, à la base, un solo qui explore le rapport au visible, à la monstration. Mobilisant un dispositif de miroirs, le corps de la danseuse se démultiplie, se fragmente dans la perception des spectateurs. Qui observe qui ? Dans ce jeu de contrôle et self-control, l’image glisse. Et la pièce Unsichtbarst compose alors une gradation dans cette mutation de l’image.

Le solo Unsichtbarst d’Anna Huber : un jeu de spéculations chorégraphiques

« De combien de contrôle avons-nous besoin pour ne pas nous perdre nous-mêmes ? » Telle est l’une des questions qui parcourt la pièce. Et couche par couche, strate par strate, le solo rend visibles les limites entre les statuts. De la personne privée, à la personne publique, à la personnalité en représentation, à l’objet d’art. Et de personne humaine à sculpture, en somme, Anna Huber, chorégraphe et danseuse, décompose ainsi le rapport à soi, au public, au Soi tel que perçu par le public… Dans un solo à la lisière entre Nouvelle danse et Non-danse. Un moment spéculaire où la conscience du Soi dansant tente de se saisir comme objet. Par la danse. Et à l’instar d’une phénoménologie de l’esprit hégélienne, où le processus de construction du Soi semble ne pas devoir connaître de fin, Unsichtbarst creuse ainsi l’image, par le geste dansé. Le miroir, dans le miroir, dans le miroir…

De Unsichtbarst (1998) à Unsichtbarst ² (2018) : les paradoxes de l’identité

De combien de déformations avons-nous besoin pour nous perdre nous-mêmes ? Tel pourrait être aussi le corollaire de la pièce. À force de scruter, combiner, étirer, retourner, creuser l’image… Est-ce que la disparition finit par advenir ? Comme ce jeu qui consiste à s’observer dans un miroir jusqu’à croire voir une autre personne. Jusqu’à être en dehors de soi, de cet autre corps. Si Unsichtbarst intégrait déjà la durée comme facteur de modification, Unsichtbarst ² s’augmente d’une nouvelle strate temporelle. Permettant un nouveau jeu de superpositions et distances. Une nouvelle dissociation de soi à soi. Où l’identité ne saurait se réduire à une simple égalité mathématique immédiate. Quand Je = Je ≠ Je = Je… Espace de visibilité absolue (même le miroir avec lequel danse Anna Huber est un miroir sans tain), Unsichtbarst et Unsichtbarst ² promettent une plongée chorégraphique dans un univers où l’identité et l’unité n’ont rien d’évident.