ART | EXPO

Animorphs

13 Oct - 08 Déc 2013
Vernissage le 12 Oct 2013

David Douard constitue une œuvre chargée de formes disparates, de briques, de brocs, de bric-à-brac, et de bricolage. Sa pratique témoigne d’une irisation des matières qui n’en finissent pas d’évoluer, de muter, de se transformer. Ce qui prédomine alors est une énergie créative et vivante, qui se développe par dérive.

David Douard
Animorphs

C’est comme un fourmillement, une sorte d’agitation intérieure qui travaille l’enveloppe, tente de l’assouplir, prend le risque d’aller aux limites de ce qui fait plasticité, de ce qui fait qu’une pellicule ou qu’une apparence sont les ultimes résistances qui conservent, jusqu’au point de rupture, l’hypothèse d’un corps constitué.

Passé l’irrémédiable déchirement des enveloppes, s’opèrent alors du renouveau, du reconfiguré qui est aussi quelque part du défiguré, de la prise de distance, des stracci, de l’usage déposé au gré d’un éloignement salvateur car régénérant.

Il y a donc mouvance, comme une irisation des matières qui n’en finissent pas d’évoluer, de muter, de se transformer. De vivre. Précaires, momentanées ou figées, réelles ou chimériques, peu importe finalement.

Ce qui prédomine est toute énergie, ce qui se constitue est visibilité de cette énergie.

Et là, il y a «poïesis» au sens où l’entend, où pratique Nietzsche: un processus, une création (intellectuelle ou purement manuelle, et ici David Douard jongle allègrement avec, ou de l’une à l’autre) qui est œuvre car elle est action, car elle est énergie créative. Par mimétisme, par mutation, par dérive, par anamorphose. Et par morphing, s’il le faut.
Et cela forme homogénéité. Ce qui peut être un paradoxe dans ce qui fait l’actualité des informations aujourd’hui disponibles sur David Douard, chargé de formes disparates, de briques, de brocs, de bric-à-brac, de bricolage «bout-de-filesque» traversé de fulgurances, d’une brutalité de l’immédiat… Poétiquement activé.

L’exposition «Animorphs» partagera son déroulement en simultané avec une autre exposition — l’une et l’autre esquissées au long cours d’un même propos de l’artiste, d’une même temporalité de création — inscrite au programme de la 12ème Biennale de Lyon au Musée d’art contemporain de Lyon.