PHOTO | EXPO

Les Blanches Terres

17 Jan - 22 Mar 2020
Vernissage le 17 Jan 2020

Quelle est la place de la photographie dans la vieillesse ? A travers des photographies et un film présenté dans l’exposition « Les Blanches Terres » à Stimultania, à Strasbourg, Amélie Cabocel s’est intéressée aux habitants d’un lieu-dit rural de Lorraine et offre un regard sur ce que signifie être photographié à plus de 80 ans, en même temps qu’un hommage à un territoire déserté comme il en existe partout en France.

L’exposition « Les Blanches Terres » à Stimultania, Pôle de photographie de Strasbourg, présente le dernier projet d’Amélie Cabocel qui s’est intéressée aux habitants d’un lieu-dit déserté de Lorraine pour étudier à travers eux la vieillesse et la place de la photographie dans la vie lorsque l’on a plus de 80 ans.

« Les Blanches Terres » : photographies et film d’Amélie Cabocel

Le titre de l’exposition reprend celui du travail photographique et du film d’Amélie Cabocel consacrés aux Blanches Terres, un lieu-dit isolé et dépeuplé de Lorraine comme il en existe de nombreux autres en France. Dans ce hameau implanté dans un territoire rural autrefois prospère mais aujourd’hui dénué d’espoir d’avenir et sans charme particulier vit depuis toujours la grand-mère d’Amélie Cabocel, Michelle, âgée de 84 ans.

Amélie Cabocel photographie les habitants des Blanches Terres

Si Michelle Cabocel a tout au long de sa vie accumulé des dizaines d’albums de photographies dans le souci de préserver et de transmettre la mémoire des Blanches Terres, elle ne prend désormais plus de photographies et se résigne même avec lucidité à voir disparaître toute trace des modestes existences qui ont peuplé ce hameau. A sa manière, c’est sa petite-fille, Amélie Cabocel, qui décide de reprendre son flambeau et de rendre hommage à la communauté des Blanches Terres en proposant à Michelle et à ses rares voisins, pour la plupart cousins, d’être les acteurs de son nouveau projet photographique et de son prochain film.

La place de la photographie dans la vieillesse

A travers une trentaine de photographies, cinq extraits du film, un livre d’artiste et des citations des protagonistes, l’exposition offre un regard sur la vieillesse et porte une réflexion sur ce que cela implique et signifie d’être photographié à plus de 80 ans. Est-ce un moyen de laisser une trace ou la synthèse d’une existence ? Comment se voit-on et comment accepter son image à un âge avancé ?