ART | EXPO

Ailleurs, ici

17 Jan - 29 Fév 2004
Vernissage le 17 Jan 2004

Installations, performance et films sur le détournement de l’espace, en échos à la délocalisation temporaire de l’Arc aux Cordeliers. Avec l’architecte Didier Fiuza Faustino et les artistes Nick Relph & Oliver Payne, Tino Sehgal, Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla.

Communiqué de presse
Didier Fiuza Faustino, Nick Relph, Oliver Payne, Tino Sehgal, Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla
Ailleurs, ici

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, fermé pour des travaux de mise en conformité de sécurité du bâtiment, poursuit son activité et a ainsi élaboré un ensemble de projets hors les murs.
Édifice historique du XIVe siècle, le Couvent des Cordeliers, a incité l’ARC à réunir, pour sa première intervention, à travers des participations volontairement individualisées, des créateurs émergents qui travaillent sur le détournement d’espace, par des installations, des actions à caractère performatif et des films.

L’architecte franco-portugais Didier Fiuza Faustino propose une installation architecturale éphémère, en détournant le matériau d’une couverture de survie. Cette structure répond au double objectif de créer un lieu d’exposition et un pôle de rencontres et de débats.
Nick Relph et Oliver Payne présentent l’intégralité de leurs films réalisés en collaboration depuis 1999. Marqués par les cultures punk et skate, les deux jeunes artistes anglais se réapproprient un monde annexé par la société de consommation, à travers des déambulations qui dessinent une nouvelle psycho-géographie de Londres et de ses environs.
Tino Sehgal, figure de la scène allemande présente une «sculpture» inédite faisant appel à des acteurs interprétant la fonction de gardien. L’artiste, refusant l’oeuvre-objet, inscrit le corps dans l’espace et s’inspire de pratiques chorégraphiques transposées dans la temporalité d’une exposition.
Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla, artistes américano-cubains, conçoivent, selon leur mode de fonctionnement, des dispositifs «participatifs» ou scénarios en étroite relation avec l’architecture, l’histoire du Couvent et le contexte urbain parisien.