ART | EXPO

Bruyantes mécaniques

30 Mar - 15 Avr 2018
Vernissage le 30 Mar 2018

L’exposition « Bruyantes mécaniques » à Plateforme, à Paris, rassemble quatre installations sonores, électroniques et mécaniques d’Adam Basanta, Peter Keene, Studio Bruyant et Stéphane Bissières. Ces dispositifs interactifs et aléatoires explorent la possibilité d’une conscience des machines.

L’exposition « Bruyantes mécaniques » à Plateforme, à Paris, réunit quatre installations signées Adam Basanta, Peter Keene, Studio Bruyant et Stéphane Bissières, qui rendent possible un rapport entre le corps et la machine.

« Bruyantes mécaniques » explore la possibilité d’une conscience des machines

Quatre installations sonores, électroniques et mécaniques sont mises en résonnance à travers leur tentative commune d’offrir une nouvelle vision des machines, où l’aléatoire remplace le programmé et où se construit une relation entre elles et les corps humains. L’exposition, explorant la possibilité d’une conscience des machines, prolonge les mythes de la science fiction des années 1970 tout en faisant écho aux questionnements contemporains autour des algorithmes et de l’intelligence artificielle.

L’installation sonore Dataline de Stéphane Bissières est composée de plusieurs modules de disques durs constituant chacun une source acoustique qui produit des motifs mélodiques suivant des algorithmes. Le déplacement de l’auditeur crée grâce à la spatialisation naturelle l’illusion de nouveaux motifs. Les disques durs, éléments obsolètes recyclés, privés de leur plateau mémoire pour ne garder que leur partie mécanique mais ainsi pourvus d’un nouvel usage, amorcent une réflexion sur notre rapport à la technologie.

Des installations interactives de Stéphane Bissières, Adam Basanta, Peter Keene

L’œuvre intitulée Totem est une installation percussive et interactive réalisée par Studio Bruyant, un studio de création autour de la musique et du jeu composé de Bruno Ribeiro, Guillaume Evrard et Olivier Guillerminet. Ce dispositif mécanique et musicale composé de modules percussifs et d’autres machines sonores s’adapte au nombre de participants, rendant chaque interaction avec lui imprévisible et unique.

L’installation sonore Message Past Future d’Adam Basanta mêle des artefacts technologiques de diverses époques, des magnétophones à cassettes à un algorithme de synthèse vocale, pour brouiller la temporalité et illustrer l’idée que « la seule chose que nous savons de l’avenir est qu’il sera différent. » Enfin, le synthétiseur analogique Forbiden Planet de Peter Keene s’inscrit dans une démarche qui consiste à introduire des dispositifs majeurs de l’histoire des technologies et des sciences dans le champ de l’art.