ART | EXPO

Trait d’union

27 Jan - 02 Sep 2018
Vernissage le 27 Jan 2018

L’exposition « Trait d'union » au Frac Grand Large - Hauts-de-France, à Dunkerque, est le fruit d’un commissariat réalisé par de jeunes enfants hébergés par une association d’aide sociale à l’enfance. Une vingtaine d’œuvres issues de la collection du Frac témoignent de la capacité à interagir, à assembler des éléments hétérogènes et à lier des représentations de soi et du monde.

L’exposition « Trait d’union » au Fonds régional d’art contemporain Grand Large – Hauts-de-France, à Dunkerque, présente une sélection d’une vingtaine d’œuvres de la collection du Frac choisies et disposées par un groupe d’enfants accueillis par une association d’aide sociale à l’enfance.

« Trait d’union », une exposition dont les commissaires sont des enfants

L’exposition est la quatrième édition d’un partenariat entre le Frac et l’association « Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale » qui recueille des mineurs en difficulté sociale, familiale ou physique. Autour de la thématique annuelle retenue par l’association, « Trait d’union », un ensemble d’une vingtaine d’œuvres issues de la collection du Frac a été sélectionnée, dont le siège Allunaggio réalisé en 1966 par d’Achille Castiglioni, le canapé Djinn d’Olivier Mourgue ou encore des photographies de la série Intérieurs de François Hers.

Le corpus d’œuvres a été mis à disposition d’un groupe d’enfants qui les ont découvertes à travers une exposition organisée pour l’occasion et des ateliers de pratique artistique. Puis des ateliers de commissariat leur ont permis de se familiariser avec les notions propres à la mission de commissaire d’exposition qui allait être la leur. Les enfants se sont peu à peu approprié les œuvres, leur sens et les conditions de leur monstration.

« Trait d’union » : lier des représentations de soi et du monde

L’exposition est le fruit d’un travail collectif : elle exprime les choix d’individus qui ont dû se confronter pour finalement parvenir à une conciliation et devenir le reflet d’un groupe. Surtout, les jeunes commissaires n’ont pas hésité à expérimenter, à questionner la démarche des artistes et différentes possibilités d’accrochage, traquant dans les œuvres les signes permettant des associations de sens et de formes.

La scénographie renvoie à la thématique du trait d’union et met en valeur le lien créé entre les différentes parties prenantes dans la protection de l’enfance ainsi que la capacité à assembler des éléments disparates et à lier des représentations de soi et du monde. Au sein de l’exposition, un espace de transmission et d’interaction par le biais d’outils de médiation inédits, souligne la dimension humaine du projet.