PHOTO | EXPO

Académies et Petits nus

10 Juil - 05 Sep 2020
Vernissage le 10 Juil 2020

Marie pierre morel porte un regard féminin sur l'exercice classique du nu en photographie à travers ses séries Académies et Petits nus, exposés à la Galerie Huit Arles.

Parallèlement à sa carrière de photographe indépendante pour la presse et l’édition, marie pierre morel (qui écrit ses nom et prénom en lettres minuscules) développe depuis plusieurs décennies une œuvre artistique personnelle. En collaboration avec la Galerie Sit Down, la Galerie Huit Arles expose deux de ses séries de photographies : Académies et Petits Nus. Elle y explore le nu avec un regard féminin.

Académies : la photographie-gravure de marie pierre morel

Dans la série « Académies », marie pierre morel s’intéresse au nu en photographie, tout particulièrement à un exercice classique du genre : capturer un modèle en atelier, comme s’il s’agissait d’une sculpture. Toute l’attention est portée sur le corps : sa forme, sous différents angles, ainsi que ses mouvements décomposés et figés par l’objectif. La corporalité est si centrale que le visage – et donc l’identité de la personne – tendent à disparaître. Marie pierre morel s’inspire dans cette série des travaux des photographes du pictorialisme, à l’instar de Robert Demachy et d’Edward Seichen, notamment en ce qui concerne la retouche des clichés. L’artiste tire en effet elle-même ses propres œuvres en gravure taille douce et les retravaille à l’encre noire. Ses créations revêtent ainsi un aspect dessiné.

Petits nus : des essais photographiques pour le film Curiosa

Marie pierre morel a travaillé avec la scénariste et réalisatrice Lou Jeunet autour du film Curiosa (2019). Il traite de la relation passionnée qu’on entretenu l’écrivain français Pierre Louÿs et Marie de Régnier en 1898. Elle se doublait d’une relation artistique, puisque Pierre Louÿs photographiait sa maîtresse nue. La série Petits nus constitue ainsi un ensemble d’études photographiques préparatoires au film. Elles ont été prises lors des essais que la réalisatrice faisait avec les acteurs. Les jeunes comédiens reprennent les poses classiques de l’époque, mais la photographe cherche à poser un regard féminin sur les nus d’hommes et de femmes. Le tirage des clichés est le même que dans la série Académies.