ART | EXPO

A rebours

29 Mai - 18 Sep 2016
Vernissage le 28 Mai 2016

Le Frac Franche-Comté présente une exposition «A rebours» d’Estefania Penafiel Loaiza. Sa démarche entrée sur la question du temps décline les thèmes de la mémoire et de l’oubli, de la présence et de l’absence, d’apparition et de disparition.

Estefania Penafiel Loaiza
A rebours

L’exposition monographique «A rebours» d’Estefania Penafiel Loaiza partage l’espace du Frac Franche-Comté avec celle de Nathalie Talec. Elles sont en commun de traiter de la question du temps : le thème central du projet artistique du Frac Franche-Comté depuis 2006.

A travers l’installation, la sculpture, la photographie et la vidéo, Estefania Penafiel Loaiza explore les notions de mémoire et d’oubli, d’apparition et de disparition.
La vidéo Cartographies 1. La crise de la dimension d’une performance réalisée en 2010 présente la main de l’artiste. Ses doigts aux bouts tachés d’encre parcourent un livre dont la page de droite est blanche et, imprégnant la feuille d’encre, fait apparaître le texte manquant.

En distordant ou inversant le cours du temps, l’œuvre d’Estefania Penafiel Loaiza remet en perspective la façon dont la temporalité façonne le réel ou notre perception. Selon qu’ils sont perpétués par la mémoire ou perdus dans l’oubli, les êtres et les choses demeurent une réalité tangible ou en sont dépossédés.

L’installation Oeuvreuses (une commande publique de la commune de Chalezeule, près de Besançon, inaugurée en même temps que l’exposition), vise à conjurer l’oubli en rendant hommage aux femmes dans les conflits, souvent ignorées par l’histoire.

L’importante installation intitulée Sans titre (figurants) vise, quant à elle, à réinvestir d’une réalité concrète de simples figurants anonymes sur des photographies de presse. Une réalité qu’elle leur rend paradoxalement en les faisant disparaître, dans un jeu permanent  et plein d’ambiguïté entre présence et absence. Gommé des pages des journaux où ils ne demeurent qu’à l’état d’ombres, ils acquièrent une autre forme de présence, peut-être plus forte, en tout cas plus palpable, à travers les résidus des gommages conservés dans des fioles numérotées.

«A rebours», le travail d’Estefanía Peñafiel Loaiza semble défaire les réalités que tisse le temps pour mieux réhabiliter ce et ceux que l’oubli a effacés. Une démarche artistique à l’ambition mémorielle qui atteint une dimension humaniste et universelle.