PHOTO

A.R. Penck

PTracey Warr
@12 Jan 2008

Dans les toiles néo-expressionnistes de Penck, les figures affranchies de toute obligation de perspective se déploient de façon arbitraire et libre: ombres libérées de leur origine, mouvements en décomposition, symétries imparfaites. Une œuvre-témoin des conflits de la nouvelle réalité contemporaine.

C’est un étrange sentiment de saturation qui saisit en franchissant le seuil de la galerie: la profusion de signes et de couleurs force le regard à s’attarder malgré lui sur ces folles silhouettes hybrides et éclatantes qui ont envahi l’espace.
A l’occasion de sa troisième exposition personnelle (Ereignisse im Unbekannten) à la Galerie Jérôme de Noirmont, le peintre A.R. Penck, figure emblématique du néo-expressionnisme, souvent qualifié de peintre de la « guerre-froide », nous invite une nouvelle fois au décryptage en règle d’une œuvre plus complexe qu’il n’y paraît. A mi-chemin entre la mythologie personnelle et la tentative de mise en place d’un langage universel.

Proche de son concept du «Standart», élaboré dans les années soixante, cette nouvelle série composée de trente gouaches et acryliques, s’inscrit dans une réflexion sur un monde tout à la fois ancré dans la réalité historique et en proie à une contemporanéité saisissante. Et si la proximité entre les toiles est flagrante, chacune s’annonce néanmoins comme une nouvelle alternative au mode de communication préétabli.

La palette, résolument terrestre et primaire, se fait à l’évidence la note de ralliement des œuvres de l’exposition. Mais que signifient ces étranges figures aux danses effrénées? Personnages-archétypes longilignes, essentiellement masculins, ils couvrent le papier de leurs membres étirées. Agrémentés des hiéroglyphes géométriques, caractéristiques de l’œuvre de Penck, ils participent dans un même élan au lexique imaginé par l’artiste. Soutenu par le désir d’efficacité, ce langage distribue certains de ses référents. Ainsi, Penck, marqué par son siècle, a pu inscrire dans son travail la figure de l’aigle, attribut de l’impérialisme. Avec une certaine audace il emprunte à l’oiseau têtes, ailes et pattes qu’il associe au corps humain, le signant et saignant de toute sa charge symbolique.

Autre leitmotiv jalonnant l’ensemble des toiles: la référence évidente à l’art tribal africain. Des scènes de chasse, des figures sombres sur fond ocre, brun et rouge, marquées dans leur chair par des scarifications.
Au-delà de la mise en scène globale qui se joue ici, se révèlent à l’évidence les rapports de force qui organisent les communautés couchées sur la toile.
Dans les peintures présentées au rez-de-chaussée de la galerie, le vide entre chaque élément se charge de préserver leur intégrité, abolissant par là même toute possibilité de contact et d’interaction.
A l’étage, les signes se multiplient, mais là encore, les formes ne communiquent pas, elles se superposent sans se considérer, révélant un peu mieux leurs solitude et indépendance. Une mise en tension permanente qui transparaît à travers la confrontation des titres: Jeu libre — lune noire, Messager — dispute, Dans le temple de l’inconnu — Rationnel contre irrationnel.

Au final, les figures semblent s’affranchir de toute obligation de perspective, projetées sur la toile, elles s’y déploient de façon arbitraire: des ombres qui refusent d’obéir à leur référent, des mouvements en décomposition, des symétries imparfaites qui recouvrent leur liberté.
Une œuvre-témoin des conflits de la nouvelle réalité contemporaine qui aspire en vain à la réunification impossible des êtres.

A. R. Penck
Freies Spiel – Schwarzer Mond, 2002. Technique mixte sur papier. 76 x 56 cm.
Sehnsucht – Freiheit, 2002. Technique mixte sur papier. 76 x 56 cm.
Sehnsucht – Masstab Angriff, 2002. Technique mixte sur papier. 76 x 56 cm.
Sehnsucht – Überschreitung, 2002. Technique mixte sur papier. 76 x 56 cm.
Sehnsucht – Differenz, 2002. Technique mixte sur papier. 76 x 56 cm.
Sehnsucht – Schmerz, 2002. Technique mixte sur papier. 76 x 56 cm.
Korrektur – Konsequenz, 2002. Technique mixte sur papier. 76 x 56 cm.
Korrektur – Erkenntnis, 2002. Technique mixte sur papier. 76 x 56 cm.
Kosmischer Entwurf, 2002. Technique mixte sur papier. 76 x 56 cm.
Verdeckte Entscheidung, 2002, Technique mixte sur papier, 76 x 56 cm.
Verdoppelung – Problem, 2002. Technique mixte sur papier. 76 x 56 cm.
Dunkle Ereignisse, 2002. Technique mixte sur papier. 76 x 56 cm.
Ebenen – Konzept, 2002. Technique mixte sur papier. 76 x 56 cm.
Sehnsucht – Weg Entfremdung, 2002. Technique mixte sur papier. 70 x 100 cm.
Sehnsucht – Hoffnung, 2002. Technique mixte sur papier. 70 x 100 cm.
Schwarze Vision, 2002. Technique mixte sur papier. 70 x 100 cm.
Im Tempel des Unbekannten – Neolog-Neoform, 2002. Technique mixte sur papier. 70 x 100 cm.
Im Tempel des Unbekannten Widerspruch, 2002. Technique mixte sur papier. 70 x 100 cm.
Im Tempel des Unbekannten – Vergleich, 2002. Technique mixte sur papier. 70 x 100 cm.
Im Tempel des Unbekannten – Widerstand, 2002. Technique mixte sur papier. 70 x 100 cm.
Im Tempel des Unbekannten – Antagonismus, 2002. Technique mixte sur papier. 70 x 100 cm.
Im Tempel des Unbekannten – Rational gegen Irrational, 2002. Technique mixte sur papier. 70 x 100 cm.
Löwenjagd, , 2002. Série de 3 œuvres en technique mixte sur papier. 70 x 100 cm.
Bote – Streit, 2002. Technique mixte sur papier. 98 x 124 cm.
Bote – Ankündigung, 2002. Technique mixte sur papier. 98 x 124 cm.
Bote – Spaltung, 2002. Technique mixte sur papier. 98 x 124 cm.
Bote – Klarheit, 2002. Technique mixte sur papier. 98 x 124 cm.
Bote – Zwang, 2002. Technique mixte sur papier. 98 x 124 cm.