ART | CRITIQUE

A Living Man Declared Dead and Other Chapters I-XVIII

PFrançois Salmeron
@27 Juin 2012

L’artiste américaine Taryn Simon présente une étonnante série de photographies retraçant la généalogie d’individus rencontrés aux quatre coins du globe. Cette démarche quasi documentaire, s’inscrivant également dans certains drames de l’histoire, interroge ainsi la pratique photographique dans sa capacité à rendre compte du réel.

La démarche de Taryn Simon suit un protocole tout à fait particulier qu’il nous convient d’apprivoiser, si l’on veut bien saisir la portée de ce travail photographique.
La série «A Living Man Declared Dead and Other Chapters I-XVIII» se compose en effet de dix-huit chapitres divisés chacun en trois parties, proposant les portraits d’individus unis par des liens de sang.

Dans un premier temps, c’est donc cette lignée qui nous est donnée à voir. Chaque ensemble part d’un individu et l’entoure de ses ascendants et de ses descendants vivants. Nous avons alors affaire à une grille de lecture allant de l’individu le plus âgé au plus jeune.
Pourtant, parmi ces séries de portraits, nous remarquons parfois que certains clichés restent vides. A ce moment-là, c’est le texte accompagnant chaque série qui nous permet de comprendre pourquoi telle ou telle personne de la lignée n’a pu être photographiée, et demeure donc absente.
Dans un dernier temps, chaque série retourne à la photographie, mais dans un genre plus documentaire cette fois-ci, puisque nous y percevons souvent des images d’archives ou des documents officiels par exemple.

Ainsi, «A Living Man Declared Dead and Other Chapters I-XVIII» construit une fine dialectique entre image et texte. On s’attarde d’abord sur les portraits, on scrute des visages (hommes, femmes, enfants, vieillards, nouveaux nés), on peut deviner leur appartenance sociale et leur origine géographique ou ethnique, mais c’est le petit texte explicatif qui va nous donner les véritables clés de compréhension et de signification de la série.
En effet, chaque série s’enracine dans un contexte historique tout à fait singulier, qui se trouve explicité par écrit. C’est alors que l’on est tenté d’explorer de nouveau les portraits, en gardant en tête les informations que nous avons lues.
Enfin, notre regard se focalise sur le troisième moment de la série, où les clichés documentaires s’emploient à attester de la réalité et de la vérité de la situation dont Taryn Simon tente de rendre compte. Les derniers clichés de chaque série apparaissent donc comme une preuve irrécusable de la réalité historique dont les individus photographiés témoignent.

Aussi, ces clichés se révèlent d’autant plus bouleversants qu’ils éclairent certaines pages hautement dramatiques de l’histoire (les massacres de Srebrenica, les homosexuels arrêtés sous l’Espagne franquiste, les activistes de Front de libération palestinien), ou des réalités sociales complexes (la polygamie en Afrique, des questions d’héritage en Inde, un orphelinat ukrainien). Le projet de Taryn Simon interroge donc la capacité, pour la photographie, à sonder et dévoiler les histoires de nos sociétés modernes.

En parcourant ces dizaines de visages provenant de tous les continents, nous ne pouvons qu’être ébranlés par la beauté, la fragilité et l’énigme qui se dégage de tout être. Pourtant, en capturant l’image d’un individu et en observant celle-ci, que peut-on apprendre de lui? Un individu se résume-t-il à un ensemble de données sociologiques, historiques, culturelles ou familiales? En comprenant le contexte de son existence, ses conditions de vie, en comparant sa ressemblance et ses dissemblances avec ses proches, que sait-on de plus à son sujet?

En tout cas, ces séries de portraits effectuent un travail de mémoire ô combien saisissant, en s’efforçant de proposer des grilles de lectures pertinentes dans notre compréhension d’autrui et du monde, et en archivant certains facteurs déterminants de nos énigmatiques destinées.

Œuvres

— Excerpt from Chapter XVII, A Living Man Declared Dead and Other Chapters I–XVIII
5. (Name withheld), 16 Mar. 1993. Student. Undisclosed location, Ukraine.
18. (Name withheld), 25 Nov. 1993. Student. Undisclosed location, Ukraine.
19. (Name withheld), 17 Jan. 1994. Student. Undisclosed location, Ukraine.
— Chapter VII, A Living Man Declared Dead and Other Chapters I–XVIII
— 9. Yadav, Babloo, ~11/12 (birth date unknown). Student. Azamgarh, Uttar Pradesh, India.
10. Yadav, Mukesh, ~10/11 (birth date unknown). Student. Azamgarh, Uttar Pradesh, India.
d. Corpse of a person with leprosy floating in the Ganges River. The dead are cremated on the banks of the river or tied to heavy stones and sunk in the water. Dhanaiy Yadav, Shivdutt Yadav’s father, was cremated along the banks and his ashes were scattered in the river. Ganges River, Varanasi.
b. Letter to the chief judicial magistrate of Azamgarh demanding official recognition that Shivdutt, Chandrabhan, Phoolchand, and Ram Surat Yadav are living and maintain legal title to their land. The letter also requests that legal action be taken against all officers and family members who filed false information. Family file, Azamgarh.
— Chapter I, A Living Man Declared Dead and Other Chapters I–XVIII
— Chapter III, A Living Man Declared Dead and Other Chapters I–XVIII