PHOTO

A elle vide

15 Mai - 16 Mai 2008

Avec A elle vide, Teodora Castelluci propose deux manières d’habiter l’espace. L’une d’énergie dévastatrice, l’autre de suspension. Toutes deux mystérieuses, monstrueuses, porteuses de violence et de mort, sorties d’un tableau de Jérôme Bosch ou d’un manga japonais.

Communiqué de presse
Teodora Castellucci
A elle vide

Horaire : 19h30
Durée : 25 min
Tarifs : 16 € / 10 € / 7 €

— Mise en scène, chorégraphie, costumes : Teodora Castellucci
— Interprètes : Teodora Castellucci, Agata Castellucci
— Musiques originales : Demetrio Castellucci
— Lumières : Eugenio Resta
— Réalisation des parties plastiques : Chiara Bocchini
— Réalisation des costumes : Gabriella Battistini, Carmen Castellucci

Une silhouette rouge-sang surgit du noir, agitée par les vibrations d’un rythme martelé. Créature inquiétante, à demi humaine, sortie d’on ne sait quel cauchemar d’enfant. Revêtu d’un costume équivoque – entre le conte de fée et la science-fiction – son corps est parcouru de soubresauts, de mouvements d’une densité et d’une précision parfaite. Agitation d’un membre, vibration d’une main, gestes mécaniques, la musique rythme et donne à entendre les frottements intérieurs et les cris. La couleur toute entière semble la définir – rouge hypnotique qui transforme ses contours : combiné au corps féminin, on voit apparaître un coq, ses coups de tête, ses grattements frénétiques, sa violence concentrée. En posture d’attaque, chaque muscle tendu, elle oscille entre transe techno et métamorphose animale. Au terme de sa course immobile, la créature disparaît comme elle était apparue. Un autre songe la remplace, tout en lenteur, en grâce suspendue — chargé de la même menace. Irradiante de lumière, on dirait un ange, la tête prolongée par une longue protubérance en forme de dard. Le rouge laisse la place au blanc, le coq au scorpion. Comme l’explique Teodora Castellucci :
« Le rouge du Coq, sa couleur devient son mouvement. Le blanc du Scorpion, sa suspension devient sa voix. Le noir de l’espace devient le temps d’une relation vide. »

Liens
www.leforumbm.fr
www.rencontreschoregraphiques.com