ART | EXPO

A, B, C, D, Et caetera.

16 Fév - 18 Mai 2008

Artiste de la lumière, Bertrand Gadenne expose au LAAC, et invite Étienne Pressager. L’exposition "A, B, C, D, Et caetera" réunit une trentaine d’oeuvres de ces deux artistes complices, interrogeant le monde à travers différents médiums tels la vidéo, le dessin ou la photographie.

Bertrand Gadenne, Étienne Pressager
A, B, C, D, Et caetera


«Nous avançons parfois ensemble côte à côte sans le savoir et nous découvrons presque par hasard l’allure similaire de nos machines sémantiques». (
Bertrand Gadenne à Étienne Pressager, Automne 2007)

Bertrand Gadenne explore les grandes catégories de la représentation du monde naturel : l’humain, le végétal, l’animal et le minéral. Il propose de nombreuses installations basées sur les techniques d’images projetées grâce à des sources lumineuses: projecteurs vidéo et diapositives, ampoules électriques.

Étienne Pressager offre un travail graphique proche du dessin d’observation et interroge les rapports qu’entretiennent les images et les mots, alliant le caustique à l’esthétique.

Le titre de l’exposition, « A, B, C, D, Et caetera », choisi par les deux artistes, évoque leur projet commun de dessiner le monde dans sa diversité. Le titre ne renvoie donc pas seulement à l’ordre alphabétique mais à une volonté utopique de dresser le plus clairement et le plus simplement possible, un peu à la manière des Naturalistes, des questions, des figures, des phénomènes, des correspondances, des exemples. Et Étienne Pressager de dire : «Quoiqu’il en soit, chacun de notre côté, nous poursuivons notre effort avec obstination, donnant à notre travail l’apparence de l’ordre pour tenter d’en désigner les failles et les dangers».

Les jeux de relations entre les deux artistes sont multiples comme ceux liés à l’histoire de l’œil, de l’aveuglement, de l’apparition et de  la disparition. Tous deux jouent sur les codes de la représentation. L’invitation de Bertrand Gadenne et d’Étienne Pressager par la direction des musées de Dunkerque exprime la volonté clairement énoncée par le LAAC de promouvoir les artistes vivants et l’art le plus actuel.