DESIGN | EXPO

8 m2 Loneliness. Le temps de l’audace et de l’engagement

12 Mar - 18 Mai 2016
Vernissage le 12 Mar 2016

David Brognon et Stéphanie Rollin présentent l’œuvre 8 m2 Loneliness à l’Institut d’art contemporain de Villeurbanne dans le cadre de la 5e Triennale organisée par l'Adiaf (Association pour la diffusion internationale de l'art français). Horloge au temps figé, l’objet fait référence à la façon dont les détenus appréhendent le temps en cellule.

David Brognon, Stéphanie Rollin
8 m2 Loneliness. Le temps de l’audace et de l’engagement

Avec l’œuvre 8 m2 Loneliness, le duo d’artistes formé par David Brognon et Stéphanie Rollin participe à la 5e Triennale organisée par  l’Adiaf (Association pour la diffusion internationale de l’art français). Intitulée De leur temps, cette édition 2016 aura pour thème «Le temps de l’audace et de l’engagement». Sous le commissariat de Nathalie Ergino, directrice artistique, l’exposition réunira à l’Institut d’art contemporain de Villeurbanne les œuvres de près de quatre-vingt-dix collectionneurs et les travaux de cent trente artistes.

Présentée pour la première fois à Art Brussels en 2013, 8 m2 Loneliness est une horloge à détecteur de mouvement qui plonge le spectateur dans une étrange expérience d’un temps suspendu, d’un instant éternisé: lorsque le public entre dans la pièce, l’horloge s’arrête. Elle ne reprendra sa course que lorsque l’espace sera vide de toute présence humaine. «Quand je rentre dans ma cellule, c’est mon temps personnel qui commence»: cette parole d’un détenu recueillie à la prison d’ Ecrouves a marqué les deux artistes.

Le temps poursuit évidemment inlassablement son cours mais ce n’est pas au temps objectif que David Brognon et Stéphanie Rollin souhaitent se référer avec 8 m2 Loneliness. C’est la perception psychologique que nous avons du temps qui intéresse le tandem d’artistes. L’horloge qu’ils ont imaginée est accompagnée de la mention A130 qui correspond à un numéro de cellule. Cette horloge au temps arrêté évoque la durée étirée jusqu’à l’insupportable ressentie par le détenu dont le quotidien est bien souvent marqué par l’ennui et l’attente.

Stéphanie Rollin, née en 1980 à Luxembourg, et David Brognon, né en 1978 à Messancy (Belgique) vivent et travaillent entre Paris et Luxembourg. Ils sont représentés par la galerie Albert Baronian, à Bruxelles, où a eu lieu leur dernière exposition personnelle, «[i land]», en 2015. Le duo présentait l’année précédente l’exposition «Sleeping in a City that Never Wakes up» au Frac Poitou-Charente à Angoulême. Ils ont fait partie en 2015 des artistes sélectionnés pour le 17ème Prix Fondation d’entreprise Ricard intitulé L’ordre des lucioles.