ART | EXPO

;-)

10 Déc - 14 Jan 2012
Vernissage le 10 Déc 2011

Le travail artistique et collaboratif que mène Reena Spaulings interroge la notion d’auteur et brouille la frontière communément admise entre activité marchande et activité artistique. Pour cette exposition, le collectif a collaboré avec Catherine Feff pour réaliser une grande fresque onirique.

Reena Spaulings
😉

Reena Spaulings fut d’abord connu sous la forme d’un personnage de fiction, une jeune femme évoluant dans la scène artistique new-yorkaise des années 2000, d’après une nouvelle éponyme. Quasi simultanément, une galerie ouvre dans le Lower Est Side de Manhattan sous le nom de Reena Spaulings Fine Art, et les membres fondateurs débutent alors une collaboration à la fois commerciale et artistique avec les artistes de la galerie tels que Ei Arakawa, Claire Fontaine, Klara Liden, Jutta Koether et Seth Price.
Le travail artistique du collectif Reena Spaulings interroge tout autant la notion d’auteur que la frontière, communément admise, entre activité marchande et activité artistique.

Pour cette exposition, Reena Spaulings a collaboré avec Catherine Feff pour réaliser une grande fresque. Artiste reconnue depuis les années 1980 pour son travail à grande échelle dans l’espace public, Catherine Feff a, par exemple, entièrement recouvert d’une bâche tricolore l’Arc de Triomphe en 1988, et transformé en poste radiophonique l’Obélisque de la Concorde en 1990 pour le cinquantenaire de l’appel du 18 juin.

L’oeuvre réalisée spécifiquement pour l’exposition est un croisement entre un travail antérieur de Catherine Feff, une fresque discrète et onirique à quelques pas de la galerie, et l’ouverture récente de la High Line à New York, une sorte de promenade verte aménagée sur une ancienne ligne de métro aérien.

Reena Spaulings montre aussi une nouvelle série de peintures monochromes sur carton. Les supports utilisés sont en fait des cartons à pizza, les mêmes cartons récupérés récemment par le mouvement des Indignés occupants le square Zuccotti à Wall Street pour y inscrire spontanément leurs slogans.
Dans l’exposition, ces cartons sont dépliés et peints selon des couleurs prélevées sur les logos de grandes banques américaines. Le collectif expose aussi un ensemble de nouvelles oeuvres, une série de gravures inspirées des drones, ces appareils d’espionnage militaire robotisés et une sculpture miniature représentant une punaise de lit, insecte proliférant à New York, transformée maintenant en un bijou précieux de joaillerie.