ART | PERFORMANCE

33 tours et quelques secondes

08 Avr - 20 Avr 2013
Vernissage le 08 Avr 2013

Un jeune artiste activiste libanais met fin à ses jours, ce qui trouble la société tout entière. Son geste résonne alors sur les réseaux sociaux, anciens et nouveaux. 33 tours et quelques secondes revient sur ce geste tragique pour questionner l’intime, le politique, la représentation.

Lina Saneh, Rabih Mroué
33 tours et quelques secondes

Comment allez-vous construire ce spectacle sur la présence de l’absence?
Nous n’avons rencontré aucun des amis, aucun des proches de ce jeune homme. Pas d’interviews. Nous ne voulons ni faire une reconstitution de sa vie, ni savoir qui il était, ni comprendre, puis expliquer son geste. Nous essayons seulement d’assumer la complexité et les contradictions de cet être humain.
Être en relation avec quelqu’un, cela ne signifie pas obligatoirement le connaître. Ce qui nous paraît important, c’est de comprendre, à travers ce fait divers et le mystère qu’il représente, ce qui se passe chez les Libanais, quels sont leurs tabous, leurs difficultés, leurs contradictions à tous les niveaux.

Pour construire 33 tours et quelques secondes, nous sommes partis d’éléments qui ont été publiés sur ce suicide, des articles écrits, des reportages faits à la télévision, des talk-shows, ce qui a été mis en ligne sur YouTube, sur Facebook, sur tous les réseaux sociaux. Nous les avons retravaillés, reconstruits, reliés autrement entre eux. Nous avons ajouté plein de choses que nous avons inventées, imaginées, telles que le répondeur téléphonique, les sms.

Ce n’est pas un documentaire, ni une biographie. C’est d’abord une réflexion pensive, un questionnement sur le monde d’aujourd’hui, sur la parole, les relations, l’amitié, le vide, le plein, la vie, la mort, le privé et le public, l’intime et le politique, la présence et l’absence –au théâtre, mais aussi dans la vie–, la présence et l’absence des morts, ainsi que celles des vivants.

Propos recueillis par Jean-François Perrier pour le festival d’Avignon

Une performance de Lina Saneh et Rabih Mroué
Auteurs et metteurs en scène: Lina Saneh et Rabih Mroué

Graphisme, animation et scénographie: Samar Maakaroun
Assistants à la création technique: Sarmad Louis et Thomas Köppel
Traduction: Ziad Nawfal

Video segments Direction de la photographie: Sarmad Louis
Casting et production exécutive: Petra Serhal
Montage: Sarmad Louis et Najib Zeitouni

Avec Nagham Abboud, Samir Abou Jaoudé, Thomas Bowles, Edy Gemaa, Raseel Hadjian, Colette Hajj, Wadad Hneine, Paul Khodr, Ibtisam Kishly, Eliane Mallat, Muriel Moukawem, Elie Njeim, Antoine Ozon, Najeeb Zeytouni
Et les voix de Gheith El Amine, Abdallah El Machnouk, Raphael Fleuriet, Charbel Haber, May Kassem, Nesrine Khodr, Victoria Lupton, Diran Mardirian, Rabih Mroué, Ziad Nawfal, Lina Saneh

Repères biographiques
C’est autour d’un théâtre documentaire en lien direct avec la situation de leur pays que Lina Saneh et Rabih Mroué ont entamé une collaboration à l’issue de leurs études d’art dramatique à Beyrouth, où ils sont tous deux nés en 1966.

Interrogeant sans relâche la pratique théâtrale telle qu’elle peut encore se développer dans le monde d’aujourd’hui, ils traversent des formes différentes pour imaginer une nouvelle manière d’écrire un récit sur le plateau. Pièces, performances, installations vidéo, tout est possible pour questionner les réalités sociales et politiques d’un
Liban qui a du mal à regarder en face son histoire et ses contradictions.

Mais la façon qu’ont Lina Saneh et Rabih Mroué d’être au plus près des problématiques libanaises en favorisant un dialogue permanent entre art et réalité, leur permet d’être entendus bien au-delà des frontières de leur pays. Mettant en commun leurs recherches personnelles, qu’ils peuvent aussi développer séparément, ils proposent de véritables enquêtes documentaires et construisent des fictions qui sont autant de prises de parole volontairement politiques, souvent risquées et d’une totale liberté.

Lina Saneh et Rabih Mroué ont présenté How Nancy wished that averything was an april fool’s joke et Appendice en 2008 au Théâtre de la Cité internationale.

Informations
Lina Saneh, Rabih Mroué, 33 tours et quelques secondes

Lundi et mardi à 20h30
Jeudi à 19h30
Vendredi et samedi à 18h30 et 20h30
Relâche mercredi et dimanche

Le 11 avril, à l’issue de la représentation: rencontre avec l’équipe artistique (entrée libre)