ART | EXPO

2716,43795 m2

26 Juin - 20 Sep 2015
Vernissage le 26 Juin 2015

Les peintures de Fabrice Hyber mettent en jeu tout ce qui, dans sa pensée visuelle, relève des fluidités, des contaminations et des hybridations. On y retrouve ses principaux intérêts: sciences, médecine, écologie, biologie, érotisme, agriculture, politique, etc. L’exposition présente des œuvres de différentes époques et une intervention in situ.

Fabrice Hyber
2716,43795 m2

Pour la première fois, un très grand ensemble de peintures de Fabrice Hyber sera présenté sur les 2716,43795 m² de cimaises du Centre Régional d’Art Contemporain à Sète du 26 juin au 20 septembre 2015.

Artiste protéiforme, Fabrice Hyber développe, depuis le milieu des années 1980, une démarche qui expérimente, sans hiérarchie, tous les processus et genres artistiques (dessin, peinture, installation, céramique, sculpture, objet, film, vidéo, télévision, numérique, poésie…), qu’il fait entrer en résonance avec l’univers du commerce et de l’entreprise. Cette attitude n’est pas formelle, elle implique, dans la filiation d’un Robert Filliou, une philosophie de vie.

«L’affirmation du jeu, des glissements est la seule puissance capable d’assimiler les intégrismes. Les échanges, le commerce, l’image, la poésie sont les moyens de l’osmose. C’est par eux que peu à peu se met en place tous les moyens de multiplier la vie au-delà de la mort. Il est nécessaire de mixer le temps, revaloriser les produits, concevoir que les œuvres meurent pour être assimilées puis revisitées. Une œuvre n’est absolument pas prémonitoire, elle est toujours ici.» (Agenda 1999, Akademie Schloss Solitude, Cantz, 1994)

La peinture de Fabrice Hyber reste néanmoins pour l’essentiel méconnue. Depuis l’exposition du musée de Saint-Etienne en 1995, aucune exposition ne s’est concentrée sur cet aspect de la démarche de l’artiste. (En 2012-2013, la Fondation Maeght a présenté ses peintures homéopathiques, mais ce n’est pas cet aspect de l’œuvre qui sera montré à Sète).

Les peintures de Fabrice Hyber mettent en jeu tout ce qui, dans sa pensée visuelle, relève des fluidités, des contaminations et des hybridations (la matérialité de la peinture favorise les porosités et mélanges). On retrouve dans ces peintures tous les intérêts de l’artiste (sciences, médecine, écologie, biologie, érotisme, agriculture, politique, etc.). La peinture pour Fabrice Hyber n’est pas un espace d’expression mais le creuset mouvant et bigarré où s’amalgament expérimentations, savoirs et intuitions.

L’espace du Crac à Sète se prête à cet égard magnifiquement à la monstration d’une activité de peinture qui se déploie sur trente ans. Cette exposition, qui n’est pas une rétrospective, est l’occasion pour l’artiste de présenter un ensemble d’œuvres de différentes époques, pour certaines jamais montrées ou inédites, qui seront reliées par une intervention spécifique dans l’espace. Elle sera aussi l’occasion pour Fabrice Hyber d’imaginer des dispositifs permettant aux spectateurs d’aborder physiquement (c’est-à-dire corporellement) sa peinture.

Bernard Marcadé

Commissariat
Noëlle Tissier et Bernard Marcadé

Vernissage
Vendredi 26 juin 2015 à 18h30

critique

2716,43795 m2